La Raison 91, Numéro 67 : Colloque Havemann, intervention de Grégory Chaboussant et publication des « Actes »

mardi 6 mars 2018
par  lpEssonne
popularité : 1%

Intervention de Grégory Chaboussant Physicien, chercheur CNRS-CEA, LP 91

Quel est l’objet de ce colloque ? Comprendre les combats d’un homme qui a lutté contre le nazisme, contre le stalinisme, dans son pays. Il a défendu les principes de la recherche scientifique contre les dogmes. Il a mis au-dessus les principes de raison, de doute, de preuve par l’expérience, contre les croyances, les superstitions, les dogmes de toutes sortes. Je pense que nous reviendrons en détails sur son action et ses travaux, sur ses pensées.

La vie scientifique de Havemann s’inscrit dans un contexte exceptionnel. Il est témoin de deux révolutions scientifiques, la physique quantique et la relativité générale en 1916. La physique et la chimie ont été profondément bouleversées par la physique quantique.

D’abord, on a découvert les atomes, leur structure, les particules qui les composent. Ensuite on a découvert les lois qui régissent la matière à l’échelle de l’atome et de la molécule. On doit ces découvertes à la longue liste de pionniers : Einstein, Planck, Bohr, Curie, Schrödinger, De Broglie, Heisenberg, Dirac, etc. A cette époque sont nés les concepts de quantification de l’énergie, de dualité onde-corpuscule, de non localité, de superposition quantique, de lois probabilistes, du principe d’incertitudes, d’antimatière, etc.

C’est un changement très profond qui a remis en cause le principe de réalité, qui a remis en cause notre compréhension sensorielle de l’univers : Une particule peut-être à la fois ici et là-bas, elle a une certaine probabilité d’être présente à tel ou tel instant.

Illustration du « paradoxe de Schrödinger » empruntée au livre de Serge Boisse, « La physique quantique pour les nuls »

On ne peut pas connaître simultanément la position et la vitesse d’une particule…

La lumière est une onde mais ce sont aussi des grains de lumière (d’énergie), et c’est cette dualité qui permet de comprendre la lumière.

On peut avoir de la matière et de l’antimatière, en tous points inverses de la matière.

Je pense que nous reviendrons au cours de cette journée sur les conséquences philosophiques induites par la physique quantique.

Parmi les questions que pose Havemann :

  • Comment faire coexister matérialisme dialectique et physique quantique ?
  • Comment rendre compte du caractère probabiliste de la physique quantique (les fameux dés d’Einstein [*]) ?
  • Quelle est la réalité et comment réconcilier les lois physiques à l’échelle de l’atome avec celle à notre échelle ?

La physique quantique a été à un tel point révolutionnaire qu’on a voulu l’interdire ! Discours du 24 juin 1947 d’Andreï Jdanov, numéro deux dans la hiérarchie du P.C.U.S, derrière Staline : « Dans une égale mesure, les subterfuges kantiens des physiciens atomistes contemporains les amènent à des déductions sur le « libre arbitre » de l’électron, à des essais pour ne représenter la matière que comme un ensemble d’ondes et à d’autres diableries. »

Maintenant, 100 ans après l’avènement de la physique quantique, nous savons non seulement qu’elle décrit parfaitement les faits expérimentaux mais elle a un pouvoir prédictif remarquable. Elle n’a jamais été mise en défaut, sauf dans quelques cas très particuliers, dans les conditions extrêmes que l’univers a pu connaître au moment du bigbang.

Cependant, nous avons toujours du mal à nous représenter cette explication du monde matériel. Comme le disait le physicien américain Richard Feynman : « celui qui vous dit qu’il a compris la mécanique quantique, vous raconte des histoires… », ou bien encore le physicien Danois Niels Bohr : « tout ce qu’on appelle le réel est constitué d’objets qui ne peuvent pas être considérés comme réels. Si la mécanique quantique ne vous choque pas profondément, c’est que vous ne l’avez pas encore comprise. »

100 ans après, la mécanique quantique fonctionne, on sait l’utiliser, elle prédit et explique les phénomènes naturels, mais rien ne dit que c’est la théorie définitive et complète ! C’est une représentation mathématique choquante car elle remet radicalement en cause le sens commun.

C’est pourquoi elle a pu s’attirer au mieux du scepticisme (comme Einstein dans une certain mesure), au pire le rejet et la condamnation (cf Jdanov). Entre autres, ce fut un des combats de Robert Havemann sur lequel nous allons revenir au cours de cette journée.

[*] « La mécanique quantique est certainement très imposante, mais une voix intérieure me dit que ce n’est pas encore la vraie solution. La théorie décrit beaucoup de choses, mais elle ne nous rapproche pas du secret ultime de la nature. Je suis convaincu, au plus profond, que Dieu ne joue pas aux dés. »

Attribué à Albert Einstein.

Ouvrage disponible sur commande auprès de Françoise Rousseau, au prix de 12 Euros + 2 € de frais de port


Les articles signés n’engagent que leur auteur. Nos lecteurs peuvent les utiliser en citant source et auteur, lequel conserve la propriété intellectuelle de ses écrits.


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois