La Raison 91, Numéro 76 : à propos du changement climatique (suite)

Contributions de Michel Mayen et d’André Daudet
dimanche 20 septembre 2020
par  lpEssonne
popularité : 13%

Après la publication dans La Raison 91 (n°75 d’avril 2020) de l’article de Jean-Claude Loew intitulé « Climat : les ordinateurs ne font pas tout », nous avons reçu les contributions suivantes de deux autres adhérents.

***

Climat : peut-on faire confiance aux prévisions du GIEC ?

J’ai lu avec intérêt l’article sur le climat dans le bulletin de la Libre Pensée « La Raison 91 » n°75. Il renferme beaucoup d’éléments très techniques qui ne sont pas nécessairement saisissables par chacun. Aussi, je prendrais la question sous un angle politique qui, lui, est saisissable par tout le monde.

Il se trouve que le président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, Jean Sébastien Pierre, est, si ma mémoire est bonne, professeur d’écologie mathématique à l’université. Interrogé sur la preuve de l’origine humaine du réchauffement climatique, il répond dans « La Raison » que c’est une hypothèse intéressante. Si lui, qui sait faire les calculs, ne se mouille pas, ce n’est pas moi, qui ne sait pas faire les calculs, qui aurais la prétention d’avoir une certitude sur la question. Je laisse cette prétention aux journalistes.

Le GIEC avance des chiffres avec certitude. Or, qu’est-ce que le GIEC ? S’agit-il d’un collectif scientifique indépendant ? Le « I » de GIEC ne signifie pas indépendant mais intergouvernemental. Le GIEC est un organisme de l’ONU. Il n’y a rien de plus politique que l’ONU. Comment est constitué le GIEC ? Il est constitué d’un ensemble de délégations des différents gouvernements. Donc le gouvernement Macron-Philippe envoie une délégation, Poutine envoie une délégation, Xi Jinping envoie une délégation, etc.

Donc le GIEC n’est pas un organisme scientifique, c’est un organisme politique. Et c’est cet aréopage qui décide que le réchauffement climatique est d’origine humaine. C’est cet aréopage qui décide quel est le bon modèle de calcul du climat (il y en a 4 ou 5 qui donnent des résultats divers) pour fournir un alibi « scientifique » aux gouvernements afin de justifier l’augmentation de la taxe carbone.

Quelle confiance peut-on lui faire ? De la même façon, Macron se cache derrière le « conseil scientifique » de l’Élysée pour gérer l’épidémie. Qui a encore confiance dans ce « conseil scientifique » ? Faire confiance au « conseil scientifique », c’est vivre dangereusement. De la même façon, faire confiance au GIEC, c’est vivre dangereusement.

Michel Mayen

***

Réflexions à propos du « changement climatique » :
Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Les réflexions qui suivent n’ont aucune prétention scientifique ; ce ne sont que des résultats provisoires de tâtonnements dans le brouillard, guidés par deux principes : scepticisme et pragmatisme.

Scepticisme, évidemment, devant les rapports d’un organisme inter-gouvernemental (le GIEC) ou face aux conclusions de l’Académie des sciences obéissant aux injonctions de Valérie Pécresse alors Ministre de la recherche. Le même scepticisme s’impose devant les études fabriquées par les multinationales intéressées à l’exploitation sauvage des ressources naturelles de la planète (et au-delà).

Faut-il pour autant « jeter le bébé avec l’eau du bain » ?
Ainsi, le GIEC ne défend pas une « théorie selon laquelle l’activité humaine serait à elle seule responsable du réchauffement climatique » 1. Le GIEC est plus nuancé : il indique que les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont la « cause principale du réchauffement planétaire » 2.
Une « note » présentée en résumé précise : « il est improbable que ces émissions soient à elles seules en mesure de provoquer un réchauffement planétaire de 1,5 C. » 3
Depuis le dernier rapport paru (fin 2013) la position du GIEC n’a pas changé : « Il est extrêmement probable que l’influence de l’Homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle. » 4
« Cause principale » ne veut pas dire « seule responsable ».

De même, émettre des doutes sur les mesures qui aboutissent au constat du réchauffement planétaire ne doit pas nous empêcher de regarder sérieusement certaines d’entre elles, par exemple les éléments résultant des relevés des 3900 balises ARGO fournissant les températures des océans sur les 2000 premiers mètres de profondeur 5. D’après le résumé qui en est fait, les résultats de l’étude « suggèrent que les chiffres utilisés par le GIEC étaient bien inférieurs à la réalité » 6. Ni sur celles qui suggèrent que les océans absorbent beaucoup plus de CO2 que ce que les « modèles » ont retenu comme hypothèse 7.

Enfin, si la vapeur d’eau figure bien parmi les facteurs qui influencent le climat, il faut préciser que, d’après les experts, la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère se dissipe en quelques jours, alors que le dioxyde de carbone s’y accumulerait pendant des années (entre 5 et 100 ans, selon les sources).

Et pragmatisme : même si le doute subsiste, la thèse du réchauffement climatique semble aujourd’hui s’imposer, chez les scientifiques adeptes d’un scepticisme de principe 8 comme parmi les plus sérieux représentants du courant matérialiste historique 9. En parallèle, l’idée selon laquelle c’est le mode de production capitaliste, et non la « nature humaine », qui entraîne l’humanité vers le chaos est de mieux en mieux partagée. Socialisme ou barbarie ! Le mot d’ordre de Rosa Luxembourg ne s’applique-t-il pas aussi à la question du changement climatique ?

Continuons le débat. Si débattre sur le constat (réchauffement climatique lié au gaz à effet de serre émis par la combustion de ressources fossiles) est utile, combattre l’instrumentalisation de ce sujet par les gouvernements et certains idéologues réactionnaires « décroissants » l’est tout autant.

André Daudet
17 septembre 2020

1. Article « Changement climatique » dans La Raison 91 n° 75, avril 2020
2. https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/09/SR15_Summary_Volume_french.pdf
3. https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/09/SR15_Headline_Statements_French.pdf
4. https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/03/WG1AR5_SPM_brochure_fr.pdf
5. https://science.sciencemag.org/content/363/6423/128.full.
6. https://www.lemonde.fr/climat/article/2019/01/11/le-rechauffement-des-oceans-revu-a-la-hausse 5407995 1652612.html
7. https://www.nature.com/articles/s41467-020-18203-3
8. https://www.afis.org/Changement-climatique-l-etat-des-connaissances-scientifiques
9. Article « Climat, destruction de l’environnement et lutte de classes » dans la revue La Vérité n° 105, mars 2020


Les articles signés n’engagent que leur auteur. Nos lecteurs peuvent les utiliser en citant source et auteur, lequel conserve la propriété intellectuelle de ses écrits.


Agenda

<<

2022

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois