Belgique : Soldats fusills pour l’exemple : les familles attendent des excuses.

Article (extrait) et Vido RTBF
mercredi 23 octobre 2013
par  lpNord
popularité : 12%

Faut-il rhabiliter les soldats belges "fusills pour l’exemple" au cours de la guerre 14-18 ? A lapproche des commmorations du centime anniversaire de la Premire Guerre Mondiale, la question est pose. Et ces commmorations rouvrent d’anciennes blessures pas toujours cicatrises. Les descendants des fusills pour "manquement au devoir, mutinerie ou dsertion" demandent des excuses aux autorits.


L’article complet et la vidéo sur le site de la RTBF, le lien
.
Le Parlement fédéral s’est emparé de la question. Ce mardi, la députée N-VA, Kristien Van Vaerenbergh, présidente de la Commission de la Justice de la Chambre, a annoncé vouloir sonder l’ensemble des partis démocratiques « par-delà les partis et la frontière linguistique » pour examiner si de telles excuses sont envisageables.
Durant la Première Guerre Mondiale, 222 militaires belges ont été condamnés à mort. Des condamnations qui ont réellement été exécutées douze fois. Essentiellement par balles en 1914, 1915 et 1918.
¨.
Des simulacres de procès
. . . . .
D’autres pays ont déjà présenté leurs excuses
. . . . . .
.
Un article signé Cindy Ferrière et Fabien Van Eeckhaut
.
.
La justice militaire belge en 14-18 : Représentations culturelles et réalités quantitatives
Benoît Amez - UCL
Bien des combattants belges de 14-18 nous ont présenté la justice militaire comme répressive et profondément inégalitaire. Cependant certains d’entre eux nous renvoient simultanément l’image d’une institution en crise, incapable de faire face à la situation : les condamnés échappent à l’exécution et sont envoyés à l’arrière, à l’abri des bombes. La réalité pénale nous révèle toutefois un nombre de condamnations relativement élevé tout au long du conflit. A contrario, les condamnations à mort sont rares et les exécutions plus encore. L’immense majorité des peines ne sont pas appliquées dans leur entièreté. Les soldats condamnés sont envoyés massivement dans des compagnies de correction. L’objectif de ces compagnies est d’offrir une seconde chance à ces condamnés mais aussi et surtout de déjouer les manœuvres de ceux qui veulent se soustraire aux dangers du front. La justice militaire, bien que critiquée par les soldats belges dans leurs écrits en tant que partie intégrante du système militaire, n’est cependant pas cause d’une remise en question de la guerre. La mobilisation du soldat belge pour la durée du conflit est donc probablement le résultat d’un mélange d’adhésion et de contrainte. Notons toutefois que l’obéissance requise par l’armée semble avoir été acceptée par la grande majorité des combattants.
Le texte intégral http://amnis.revues.org/1311



Agenda

Array

<<

2024

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois