BULLETIN N° 81 DE LA FÉDÉRATION DE VENDÉE

mardi 27 janvier 2015
par  Lp 85
popularité : 9%

Ce bulletin départemental contient divers articles autour de la question de la crèche dans les locaux du Conseil Général de la Vendée. Nous publions l’éditorial initial du 5 janvier, remplacé par le communiqué de l’AILP suite à la terrible barbarie des 7-9 janvier. Nous publions également l’article " Le Déchaînement" relatant succinctement divers moments de ce mois de décembre.

Éditorial initial du 5 janvier 2015

LIBERTÉ DE CONSCIENCE !

Le Tribunal administratif de Nantes nous a donné gain de cause sur notre requête.

Quelle tempête fut alors déclenchée ! Quelles confusions, quels mensonges ont été débités pendant ce mois de décembre !

Et quelle ignorance nous a-t-il fallu - faut-il et faudra-t-il encore - combattre, tant sur la loi de 1905, que sur la Constitution, sur les libertés fondamentales que sont la liberté d’expression (1881), de se réunir en syndicats (1884), d’association (1901), de conscience (1905), toutes étant l’œuvre de la République achevant la Révolution française de 1789.

Le déferlement d’insultes est intéressant à observer. Certaines particulièrement dangereuses ont fait l’objet de plaintes. Mais une autre tonalité anti-musulmane est présente, comme si « la crèche » était un symbole d’une identité catholique, rempart contre la présence de musulmans, la peur de l’autre, certes, mais également le produit du renoncement à la défense de la laïcité en France. Dans l’École de la République, les circulaires Jean Zay de 1936-1937 ont été balayées par l’avis du Conseil d’Etat de novembre 1989, suite « à l’affaire du voile de Creil ». La porte n’a-t-elle pas été ouverte par l’article 10 de la loi Jospin du 13 juillet 1989 ? La loi Debré est toujours de notre point de vue, une rupture avec la laïcité, par le financement, direct, indirect des établissements privés à 97 % catholiques. Interrogeons-nous, quel serait l’état de l’Eglise catholique sans cette manne de 10 Milliards d’ € de fonds publics ? Le Concordat d’Alsace-Moselle sera-t-il abrogé ? De même les cas particuliers tel celui de la Guyane ? Est-ce la fin des renoncements à la défense laïque ? Tant de militants et de citoyens nous ont indiqué leur soutien à propos de ce jugement que nous sommes confortés dans nos convictions. Nous les appelons à nous rejoindre.

J. Regourd

LE DÉCHAÎNEMENT

L’ancien président du conseil général est monté très violemment au créneau. On lui doit certainement un grand nombre d’affirmations volontairement erronées, mensongères, pour manipuler ceux qui croient encore en lui. Mais faut-il lui faire une certaine « pub » ? Car les thèmes ont circulé lamentablement, montrant l’ignorance de ces auteurs de « messages » voulant pourfendre « celles et ceux qui veulent détruire nos traditions, notre identité nationale ». Le communiqué national de la FNLP du 7 décembre est explicite, en citant les extraits d’un échange avec Davis Gozlan, secrétaire général de la Fédération nationale de la Libre Pensée sur une chaîne de TV (voir pages 7). La « crèche vivante » de La Roche-sur-Yon s’est inspirée d’affirmations attribuant en bonne confusion l’interdiction des cultes, la destruction des croix ( repris curieusement par B. Retailleau sur France5 dans C’dans l’air), et autres méfaits de bâillonnement de l’expression des cultes aux Francs-Maçons. Ainsi l’un des « personnages » tient un rouleau de ruban adhésif avec aux pieds une valise avec l’inscription : « Franc-Maçon ». Une « dénonciation » sordide qui rappelle d’autres temps, ceux de l’affaire Dreyfus jusqu’à Vichy. Certains n’ont pas honte. La projection le 8 décembre du film « La Séparation », en partenariat avec la FOL de Vendée, a permis de clarifier le sens de la loi, en replongeant dans les débats, et comment, avec une grande intelligence, cette loi peut concrétiser « l’achèvement de la Révolution française » selon l’expression de Jean Jaurès. Les organes de presse, pour certains, ont manifestement pris position, après avoir compris l’ampleur du problème posé. On relèvera l’interview de Jean Baubérot dans Ouest-France, de Henri Pena-Ruiz dans Le Monde ( qui comme à son habitude a mis en parallèle un soutien « culturel » aux crèches), et leurs blogs respectifs sur Mediapart. Certains nous ont sollicité, nous avons répondu en expliquant précisément la position. Les correspondants et journalistes ont peut-être (re-)découvert la loi de 1905 et ce qu’elle implique. Nous avons eu l’occasion de leur préciser que la liberté de la presse n’est pas seulement importante, mais qu’elle est FONDAMENTALE. La prise de position de l’évêque des catholiques de Clermont-Ferrand est intéressante (Ouest-France du 26 décembre), car il rappelle que c’est le culte qui définit ce qui est religieux (de son propre culte), pas l’Etat. Enfin, nous citerons l’Express qui publie une lettre de « l’âne du T.A. de Nantes », remarquable plaidoyer pour entre autres, l’explicitation de la loi de 1905, et son application. Notre fédération nationale a été vigoureusement sollicitée. Les réponses, brèves dans ces types de débats, ont donné toutes les précisions nécessaires. Il nous reste à expliquer encore et encore la loi de 1905, ce que sont nos libertés, d’où elles viennent. Il n’est pas anodin que le premier point d’appui de l’argumentation du TA soit l’article 1er de la Constitution la République est laïque et assure aux citoyens l’égalité devant la loi sans distinction d’origine, de race ou de religion. Nous avons relevé des courriers de lecteurs que nous publions ci-après. Le vieux fonds laïque des citoyens est toujours présent, c’est rassurant, c’est un point d’appui formidable pour la suite. Quel est le sens profond de cette campagne de déchaînements ? Qui l’a menée ? Nous accusons l’Eglise catholique, mais ceux qui se sont révélés les meilleurs de ses soutiens sont montés très vite, très fort. Avec ceux qui souhaiteraient voir se mettre en place des « accommodements raisonnables » comme au Québec, et rejoints par ceux qui sont restés silencieux, parce que leurs renoncements précédents sur la laïcité sont mis en exergue, de fait.

L’année qui vient verra la célébration du 110 ème anniversaire de la loi de 1905. Ce sera le samedi 5 décembre à Paris. Nous allons nous y préparer.


On peut toujours nous demander ce bulletin en utilisant la rubrique "Nous contacter" .


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois