13 avril et après : défendre la liberté de manifester

Refuser la répression
mercredi 17 avril 2019
par  lpOise
popularité : 31%

Word - 19.1 ko
Pétition pour l’abrogation de cette loi scélérate

Samedi 13 avril

Le matin à Compiègne Cours Guynemer une manifestation contre cette loi de Castaner dite anti casseur, et en réalité liberticide, a réuni des syndicalistes et des Gilets jaunes.

L’après midi à 15h Beauvais Place Jeanne Hachette 50 militants se sont rassemblés

Défense du droit de manifestation. Non à la répression et à l’intimidation !

La fédération de l’Oise de la Libre Pensée était partie prenante de la mobilisation initiée par la Ligue des Droits de l’Homme et soutenue par 40 organisations (associations et syndicats)au plan national et en l’occurrence dans l’Oise par :

LIGUE DES DROITS DE L’HOMME BEAUVAIS, ANACR-OISE, ATTAC OISE, CERCLE CONDORCET OISE, LIBRE PENSEE DE L’OISE, SOLIDARITE MIGRANTS BEAUVAIS, AFPS BEAUVAIS, LE JOURNAL LE CHAHUT, LES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE DE L’OISE, FSU OISE, PCF OISE, LA FRANCE INSOUMISE DU BEAUVAISIS. et quelques autres formations politiques étaient présentes ainsi que l’association des gilets jaunes de Beauvais

A l’issue des prises de paroles ont circulé des feuilles de pétition pour approuver l’exigence d’abrogation de cette loi. Retrouvez cette pétition en document joint et envoyez votre signature.

La déclaration de la Libre Pensée de l’Oise sur la place Jeanne Hachette :

" Nous constatons une répression féroce et accrue contre les manifestants. Chaque samedi soir le gouvernement affiche sans pudeur son bilan de matraquage et d’interpellations. A Beauvais comme à Compiègne on a vu à l’œuvre les consignes de M. Castaner : profiter de la moindre occasion pour déclencher le tir de grenades lacrymogènes et semer la peur. C’est une ignoble stratégie qui voudrait empêcher l’expression du mécontentement en le rendant dangereux.

"Et maintenant, après les gilets jaunes c’est contre toutes les manifestations que s’expriment le dédain du pouvoir et que sont déclenchées des interdictions. Avant-hier partout en France les retraités manifestaient avec leurs syndicats. A Strasbourg 8 ministres sont venus parler de prévenir la délinquance. Pas un seul n’a fait l’effort de recevoir les retraités. Le même jour des préfectures, comme celle de Périgueux, voulaient marchander le fait de recevoir une délégation contre l’engagement des syndicats de limiter eux-mêmes leur manifestation, par exemple en s’engageant à ne pas diffuser de tracts sur les ronds points.

"Après la violente agression d’une militante d’ATTAC à Nice on apprend que la hiérarchie policière voulait maquiller la réalité.. Il est urgent de stopper ces dérives autoritaires. La liberté de conscience, le libre examen, l’exercice de la citoyenneté exige la liberté d’expression et de manifestation. Nous sommes des citoyens et non des sujets.

"Mais nous sentons ruisseler, depuis le sommet de l’Etat, un parfum de corporatisme et de pétainisme. La liberté d’association (1901), les libertés syndicales, la loi de 1905 ont consacré l’expression libre, l’autonomie et l’indépendance des citoyens. Les associations ne sont pas des « corps intermédiaires » qui feraient le lien entre la tête de l’Etat, la divinité jupitérienne et le petit peuple à qui on octroierait quelques subsides quelques aumônes du fait de la bienveillance des grands seigneurs de la finance. Chacun à notre place, associations syndicats, partis, nous relevons la tête et nous disons ;

Assez !, assez. !

"Vous pouvez compter sur les libres penseurs du département pour être présents dans les mobilisations de défense des libertés. Nous restons fidèles aux principes qui ont soudé notre fédération départementale depuis plus de 100 ans. Nous avons gravé nos principes dans une formule inchangée depuis le congrès de Rome et que nous avons toujours appelé la « motion Ferdinand Buisson »

La Libre Pensée est laïque démocratique et sociale c’est à dire qu’elle rejette, au nom de la dignité de la personne humaine, ce triple joug : Le pouvoir abusif de l’autorité en matière religieuse, des privilèges en matière politique et du capital en matière économique.

Nous en sommes aujourd’hui à 9 000 gardes à vue et 2 000 condamnations par la Justice.

  • Il faut arrêter la répression !
  • Il faut défendre le droit de manifester !

    -----------------------------------------------------------------

    Ce n’est pas un hasard : à Toulouse, 3 manifestations voulaient se reoindre ce 13 avril : les Gilets Jaunes, la manifestation contre la loi de Castaner et la manifestation des enseignants. . Une intervention policière particulièrement violente a eu lieu dans le but d’empêcher cette unité des manifestants. Voir le communiqué de la Libre Pensée de Haute Garonne en document joint.

    PDF - 299.4 ko
    Communiqué de la LP Haute Garonne
    Faisant suiteà l’intervention policière de Toulouse contre les manifestants

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois