Projection-dbat : Les Sentiers de la Gloire au Mlies de Villeneuve d’Ascq

mardi 11 décembre 2018
par  lpNord
popularité : 10%

Le Groupement Villeneuvois et la Fdration du Nord de la Libre Pense vous invitent ce Lundi 17 dcembre 2018 20h au cinma LE Mlies une projection-dbat du film LES SENTIERS DE LA GLOIRE de Stanley Kubrick.

La projection sera suivie dun dbat anim par Julien Poix, professeur dHistoire
Tarif : 5

En 1916, durant la Première Guerre mondiale, le général français Broulard ordonne au général Mireau de lancer une offensive suicidaire contre une position allemande imprenable, surnommée "La fourmilière". Au moment de l’attaque, les soldats tombent par dizaines et leurs compagnons, épuisés, refusent d’avancer...

Affiche : Les sentiers de la goire

Les Sentiers de la gloire s’inspire de plusieurs faits réels. Pendant la Première Guerre mondiale, environ 2 500 soldats français ont été condamnés à mort par les conseils de guerre, dont un peu plus de 600 furent réellement fusillés « pour l’exemple » par l’armée pour des motifs divers (abandon de poste, mutilations volontaires, refus d’obéissance…), les autres ayant vu leur peine commuée en travaux forcés.

Le réalisateur Stanley Kubrick s’appuie principalement sur l’affaire des caporaux de Souain où le général Réveilhac aurait fait tirer sur l’un de ses propres régiments (le 336e régiment d’infanterie) dont les hommes refusaient de sortir des tranchées lors d’un assaut suicidaire contre une colline occupée par les Allemands, avant de faire exécuter quatre caporaux le 17 mars 1915. Ces soldats (trois originaires de la Manche : Théophile Maupas, Louis Lefoulon, Louis Girard ; et un d’Ille-et-Vilaine : Lucien Lechat) seront réhabilités en 1934 grâce à l’action de la femme de Théophile Maupas, l’institutrice Blanche Maupas. Un monument est d’ailleurs toujours visible à Sartilly (Manche) commémorant leur réhabilitation. Au début de la guerre de 1914-1918, la justice militaire était devenue une justice d’exception depuis des décrets d’août et septembre 1914 : le sursis, le recours en révision, les circonstances atténuantes et le droit de grâce étaient supprimés.

L’épisode du soldat sur une civière qu’on ranime pour le fusiller s’inspire lui d’un autre cas, celui du sous-lieutenant Jean-Julien-Marius Chapelant exécuté le 11 octobre 1914 après une parodie de procès. Gravement blessé aux jambes depuis plusieurs jours, incapable de tenir debout, épuisé moralement et physiquement, le sous-lieutenant Chapelant avait alors été ficelé sur son brancard et celui-ci posé le long d’un arbre pour qu’on puisse le fusiller. Inhumé au bois des Loges dans une fosse commune, toujours non identifiée à ce jour du 11 novembre 2012, seul son nom figure au cimetière d’Ampuis où il est né.



Agenda

Array

<<

2024

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois