Monument à la mémoire des Fusillés pour l’exemple

interview de la présidente de l’association pour le monument
dimanche 23 septembre 2018
par  lpOise
popularité : 31%

Le Courrier Picard du 19 septembre 2018, par la plume de François Ferré, publie une pleine page sur la question des Fusillés et de leur réhabilitation et l’érection du monument. En voici le texte

Un monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple

L’association pour l’érection de ce monument cherche 30 000 euros pour boucler son budget. L’inauguration aura lieu en avril 2019.

Dans la famille des monuments, il y a ceux pour la restauration desquels on cherche de l’argent, confère le loto du patrimoine et le combat de Stéphane Bern, et ceux pour la création desquels on cherche de l’argent. C’est le cas du monument commémoratif des fusillés pour l’exemple durant la Grande Guerre, à venir au parc Notre-Dame de Chauny.

Présidente de l’association pour l’érection d’un monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple (AEMHFE), émanation de la fédération nationale de la Libre Pensée, Nicole Aurigny explique : « Il s’agit de ces hommes qui ont été fusillés pour désobéissance militaire, le plus grand nombre dès la période de septembre-octobre-novembre 1914 quand l’État-major s’est retrouvé dans une situation militaire catastrophique sans remise en cause de la part des grands chefs. Dès qu’une attaque n’avait pas fonctionné, on allait chercher la faute dans les rangs des soldats… » Ils sont 639 en France dans un recensement officiel, et 55 dans le département, à avoir été accusés de refus d’obéissance et passés par les armes. « Ils n’étaient pas des lâches. Ils ne voulaient pas mourir pour rien, dans une boucherie inutile au bout d’un ordre insensé ! »

La Libre Pensée, n’arrivant pas à faire bouger les instances politiques dans le sens d’une reconnaissance et d’une réhabilitation, a décidé en 2014 d’élever un monument – « pour que la justice et le droit soient rétablis, contre la barbarie de la guerre, pour rendre leur honneur aux 639 fusillés pour l’exemple » – et pour cela de créer une association, AEMHFE. « Depuis, nous avons travaillé à trouver un sculpteur, un lieu d’accueil pour le monument et des fonds pour financer le projet. » Besoin de 30 000 euros Pour les sculpteurs, « on en a contactés et d’autres se sont proposés. Nous avons eu à opérer un choix final entre six projets. » C’est Frédéric Thibault qui s’est finalement imposé, fin 2016, pour la réalisation de ce monument, qui sera réalisé en pierre de Saint-Maximin (Oise), avec une hauteur d’environ 2,50 mètres. Une maquette en terre a été réalisée, montrant un ensemble d’hommes dans différentes attitudes, prostrés ou accusateurs. Pour le lieu, les choses ont été plutôt rapides une fois l’Aisne choisie sur ce qui fut la ligne de front.

Dans les villes envisagées, Chauny a accepté assez vite. « Marcel Lalonde, maire, raconte Nicole Aurigny, s’est décidé par humanisme, pour que l’on pense à ces soldats qui ont tellement souffert… » Pour l’argent, l’enveloppe nécessaire a été estimée à 100 000 euros, pour couvrir la construction du monument, mais aussi la réalisation d’une borne commémorative, « comme dans les nécropoles nationales,  »

avec un cahier présentant les noms de tous les fusillés pour l’exemple connus, et la réalisation de plaques commémoratives, l’une pour la Libre Pensée et les structures associées à cette création – l’Union pacifiste de France, l’association républicaine des anciens combattants, le Mouvement de la paix et la Ligue des droits de l’homme –, l’autre dédiée à Jean Jaurès, « qui ne fut autre que le premier fusillé de 1914 ! » Pour « boucler le budget », d’ici mars 2019, il manque à l’heure actuelle 30 000 euros. « Je suis confiante, les militants s’activent, et beaucoup de gens sont profondément touchés par notre cause. » L’AEMHFE lance un appel en direction tant des particuliers que des communes.

***

Pour participer à cette création, envoyer un chèque à l’ordre de AEMHFE, association pour l’érection d’un monument en hommage aux fusillés pour l’exemple. Nicole Aurigny, ARMHFE, 49, rue Quentin-Barré, Saint-Quentin.

Des hommes de pierre contre un silence de plomb L’inauguration du monument en hommage aux fusillés pour l’exemple, dans le cadre de l’esplanade Notre Dame à Chauny, est programmée au samedi 6 avril 2019. L’installation devra avoir été faite environ un mois avant.. Pour cette création, environ 8 tonnes de pierre de Saint-Maximin ont été achetées. Cette pierre, pour la Libre Pensée, telle une voix d’outre tombe, dans l’espoir de recouvrir l’écho des balles françaises tuant des soldats français, le déshonneur qui a touché autant de familles que d’hommes ainsi exécutés, et le « silence de plomb » qui s’est abattu depuis près de 100 ans sur ce peu glorieux aspect de la Première Guerre mondiale.

PNG - 278.8 ko