Casa Nostra à Jonquières-saint-Vincent

Un feuilleton à suivre...
mardi 30 décembre 2014
par  LpGard
popularité : 6%

La Libre Pensée avait exprimé sa crainte que la pseudo-réforme des rythmes scolaires permette à des institutions religieuses de s’insinuer dans l’école publique, en profitant du désarroi de certains maires et de leur difficulté à trouver des intervenants sérieux et, surtout, peu coûteux...

Nos craintes se sont révélées fondées : à Jonquières-saint-Vincent, un partenariat a été mis en place par la commune avec le Centre Social Soleil Levant de Manduel et avec l’association jonquiéroise CASA NOSTRA pour l’animation du temps d’activités périscolaires des enfants de classes élémentaires.

L’association "Soleil Levant" ne pose aucun problème mais le recours aux services de "Casa Nostra" constitue une grave entorse à la laïcité : il s’agit d’une association catholique se consacrant à l’évangélisation des familles !

Nous avons, dans un premier temps, privilégié le dialogue et avons envoyé une lettre tout à fait courtoise au maire de la commune concernée.

((Lettre de la Libre Pensée du Gard à Monsieur le Maire de Jonquières.)) à Monsieur le Maire de JONQUIERES-St VINCENT Place de la Mairie 30300 Jonquières-saint-Vincent

Beaucaire, le 23 septembre 2014,

Monsieur le Maire,

La Fédération Départementale de la Libre Pensée du Gard a été informée que, dans le cadre de la mise en place des activités périscolaires imposées par la réforme de MM. Peillon-Hamon sur les rythmes éducatifs dans l’Enseignement Public du 1er Degré, votre municipalité a octroyé la mise en oeuvre et l’exercice de celles-ci à une congrégation de religieuses catholiques, sous couvert d’une association dénommée “CASA NOSTRA”, dans les locaux de celle-ci.

Notre fédération départementale, dont l’un des objets premiers est la défense de la laïcité de l’Etat et de l’Ecole de la République instituées par les lois Ferry et la Loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, est profondément choquée par cet état de fait.

Bien entendu, nous ne préjugeons pas des motivations qui vous ont conduit à cette mise en place. C’est pourquoi nous souhaiterions vous rencontrer afin de vous faire part des arguments qui militent pour l’arrêt immédiat de cette initiative attentatoire aux principes mêmes de la République.

Par ailleurs, selon nos principes de clarté, nous vous indiquons que notre fédération est totalement opposée à cette réforme qui participe directement à la destruction de l’Ecole laïque, gratuite et obligatoire que le combat des républicains, particulièrement des Libres Penseurs tels que Jules Ferry, a mis sur pieds dans notre pays.

Dans l’attente de vous rencontrer, veuillez recevoir, monsieur le Maire, l’expression de nos meilleurs sentiments républicains.

Quelques jours plus tard, nous avons reçu la réponse suivante, pour le moins discourtoise.

((Réponse du Maire de Jonquières à la Libre Pensée du Gard.))

JPEG - 965.5 ko

Nous avons donc décidé de faire appel au Préfet du Département.

((Lettre de la Libre Pensée du Gard à Monsieur le Préfet du Gard.))

Monsieur le Préfet du Gard

Objet : atteinte à la laïcité scolaire. Monsieur le Préfet,

Nous vous signalons une grave atteinte à la Loi du 9/12/1905 : dans le cadre des TAP (Temps d’Activités Périscolaires) dont les Mairies ont la charge, la commune de Jonquières-saint-Vincent confie une partie de ses élèves à une association ne présentant pas les qualités de neutralité philosophique ou confessionnelle exigées par cette Loi. En effet, il s’agit d’une association religieuse catholique, l’association Casa Nostra, qui dépend de l’Institut séculier Magdalena Aulina. Pour en savoir plus, il faut aller sur le site nimes.catholique.fr qui explique que cette association a été créée « dans l’esprit et selon le charisme de Magdalena Aulina ». Or, il s’avère que cet Institut, selon ses propres propos, se consacre ouvertement et habituellement à « …la catéchèse » et à « une aide et un soutien dans l’approfondissement de la foi et le témoignage chrétien » et qui affirme que l’une de ses « priorités » est «  : la participation à l’apostolat paroissial et l’évangélisation des familles. » De plus, les activités pédagogiques ont lieu dans les locaux mêmes de cette association, locaux nettement connotés religieusement. Nous avons, dans un premier temps, privilégié le dialogue et envoyé à Monsieur le Maire de Jonquières-Saint-Vincent, une lettre présentant nos remarques, accompagnées d’une demande de rencontre. Nous avons reçu une réponse négative, nous opposant un refus de nous recevoir et mal argumentée. Le fait que l’association soit ancienne (créée en 1984 : cela ne fait pas « 50 ans »…) et de qualité (Qui en a jugé ainsi ?) ne l’empêche pas d’être religieuse. Que les activités ne soient pas obligatoires et que les parents d’élèves aient le choix d’inscrire leur enfant à une autre activité ne rend pas cette initiative moins illégale. Nous estimons que la paix sociale est en jeu.

C’est pourquoi nous vous demandons d’agir en conséquence en faisant respecter la loi républicaine.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos sentiments respectueux.

Nous attendons maintenant la réponse du Préfet.

A suivre...


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois