Monument de la Paix de Creil : manifestation pacifiste du 11 11 2015

devant deux élus de la ville de Creil et une quarantaine de citoyens
jeudi 12 novembre 2015
par  lpOise
popularité : 6%

Tous les ans, nous sommes là, depuis le début du siècle, pour :
- témoigner de notre volonté que justice soit rendue, que les fusillés pour l’exemple de 14-18 soient tous collectivement réhabilités,
- que le président de la République respecte sa parole de candidat et d’élu de Corrèze
- pour que les peuples de partout dans le monde puissent vivre aujourd’hui en Paix.

Nous mettons sur cette page les interventions des organisations qui nous les ont communiquées.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Intervention des représentants de la Ligue des Droits de l’Homme de l’Oise :

J’appelle les soldats de notre département disparus sur les champs de bataille et dont les noms ne figurent pas sur nos monuments :

Florimond CHARPENTIER : né à Héricourt assassiné à 25 ans par un peloton d’exécution français à CHENAY sur ordre d’un tribunal militaire

Albert CROIZE de Cany-sur-Thérain assassiné à 35 ans par un peloton d’exécution français à CHAUDEFONTAINE sur ordre d’un tribunal militaire

Ildebert Daniel DOMBRECHT de La Neuville-Roy assassiné à 22 ans par un peloton d’exécution français à DAMMARTIN-sous- HANS sur ordre d’un tribunal militaire

Georges Alphonse Paul HEIDERSCHEID de Breteuil assassiné à 26 ans par un peloton d’exécution français dans la Meuse sur ordre d’un tribunal militaire

Edmond Pierre JESUS de Crépy-en-Valois assassiné à 27 ans par un peloton d’exécution français à MONASTIR sur ordre d’un tribunal militaire

Auguste Emile LEDOUX de Compiègne assassiné à 22 ans par un peloton d’exécution français à ST-HILAIRE-AU-TEMPLE dans la Marne sur ordre d’un tribunal militaire

Victor SCHMITT de Chiry-Ourscamp assassiné à 34 ans par un peloton d’exécution français à VIENNE-le-CHATEAU sur ordre d’un tribunal militaire

Maurice Eugène Louis VALLUET de Mont-l’Evêque assassiné à 24 ans par un peloton d’exécution français à MANHEULLES dans la Marne sur ordre d’un tribunal militaire

Nous voulons que la mémoire de ces hommes soit associée à celle de leurs camarades avec lesquels ils ont partagé dans les tranchées la souffrance, le courage, la peur et la faim. Nous demandons en leur mémoire une minute de silence.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Intervention de l’Union Pacifiste :

HOMMAGE AUX FUSILLES POUR L’EXEMPLE

Chers Amis, chers Camarades,

L’Union pacifiste, section française de l’Internationale des Résistants à la Guerre, s’associe à ce rassemblement. Tous les monuments aux morts devraient porter la mention "Plus jamais ça".

Nous rendons hommage aux mutins et à tous les réfractaires de tous les pays et de toutes les époques qui sont les pionniers d’un monde sans guerre. On devrait leur donner raison face à la folie des guerres.

Le centenaire de la Grande Guerre donne lieu à des commémorations cocardières, nationalistes et militaristes. Nous devons la commémorer de façon internationale et pacifiste. Rappelons-nous que lors des deux guerres de 14-18 et 39-45, l’ « Armée d’Afrique » comptait 290.000 hommes issus des colonies françaises (Algérie, Sénégal, Mali, Maroc…) qui ont versé leur sang pour la libération de la France et, pour une majorité d’entre eux, ont ensuite versé leur sueur pour la reconstruire dans les décombres de l’après-guerre.

Nombre de sans-papiers vivant aujourd’hui en France sont les fils et petits-fils de ces combattants et de ces travailleurs de l’ombre. Au nom de la mémoire et du sacrifice de ces hommes que la France, par besoin vital à l’époque, recrutait par dizaines de milliers, il ne serait que justice de régulariser tous ces sans-papiers stigmatisés et surexploités, qui ont un droit légitime à vivre de plein droit en France dans le sillage de leurs « glorieux » ancêtres.

Le 11 novembre n’est pas une commémoration militaire. La véritable commémoration doit être pacifique. Ce doit être la commémoration de la peine, du recueillement devant ces massacres. C’est pourquoi nous sommes ici.

C’est d’ailleurs le choix qui a été fait pour ce monument aux morts de Creil inauguré le 17 octobre 1926 par le maire Jules Uhry Il ne glorifie pas la mort au combat. Aucune représentation guerrière sur ce monument mais des symboles de paix (la gerbe de blé, les fleurs l’enclume, le marteau autour de la femme debout lui donnent un caractère résolument pacifiste. Aux critiques du sous-préfet de Senlis qui demandait une révision du projet, le maire de Creil répondit que la meilleure façon d’honorer les morts, c’était de rappeler qu’ils sont morts pour crier la paix dans le monde.

Avec la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme, l’ARAC et le mouvement de la paix, l’Union Pacifiste poursuit la campagne pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple de la Grande Guerre afin que justice et honneur leur soient rendus. Ces hommes ont été victimes d’une des plus grandes injustices de notre Histoire. Cette tragédie reste dans la mémoire collective une cicatrice indélébile qui s’ajoute à l’absurdité de la guerre.

Par un communiqué du 24 octobre 2014, le ministère des Anciens Combattants a confirmé les résultats des travaux du SHD (Service Historique de la Défense)

On connaît donc maintenant les soldats fusillés pour l’exemple. Ce sont les 639 soldats fusillés pour désobéissance militaire après jugement ou sans jugement du conseil de guerre. Mais ce sont aussi, sauf preuve du contraire, les 102 soldats fusillés pour motifs inconnus ou exécutés sommairement qui ne relèvent ni du droit commun, ni de l’espionnage.

L’Union pacifiste se réjouit d’ailleurs que, à l’initiative de la Libre Pensée, le procès des généraux fusilleurs et assassins se soit organisé les 13 et 14 décembre 2014 à Soissons, dans l’Aisne sur les lieux mêmes des tranchées du front. Elle se réjouit aussi de participer à Saint Nazaire les 28 et 29 novembre prochains au colloque 1914-1918 sur le thème : Déserteurs, mutins, pacifistes, antimilitaristes de tous les pays : unissez-vous !

Évidemment, la réhabilitation judiciaire "au cas par cas" n’est plus envisageable cent ans après. Luttons donc pour cette réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple que nos associations réclament depuis bientôt un siècle.

Parmi eux, 13 fusillés de l’Oise ont été identifiés :

  • Ernest François MACKEN fusillé le 07 septembre 1914 à l’âge de 25 ans à La Houssière (Vosges). Cultivateur domicilié à Liancourt, Mort par la France
  • Eugène Marie Ange BOULEAU fusillé le 12/09/1914 à l’âge de 24 ans à Vouillers (Marne).Né à Mérignac (côtes d’Armor), charretier à Hermes (Oise), Mort par la France.
  • Florimond CARPENTIER fusillé le 25 septembre 1914 à l’âge de 25 ans à Chesnay (Marne). Né à Héricourt/Thérain, Mort par la France
  • Victor SCHMITT, fusillé le 6 octobre 1914 à l’âge de 34 ans à Vienne Le Château (Marne). Né à Chiry-Ourscamp, Mort par la France
  • Georges HEIDERSCHEID fusillé le 10 octobre 1914 à l’âge de 26 ans à Rupt-en-Woëvre (Meuse). Né à Breteuil, Mort par la France
  • Ildevert Daniel DOMBRECHT fusillé le 23 février 1915 à l’âge de 22 ans à Dommartin sous Hans (Marne). Né à La Neuville Roy, Mort par la France
  • Fernand PELLETON fusillé le 14/05/1915 à l’âge de 22 ansà Rupt-en-Woëvre (Meuse).Né à Paris, vendeur de journaux domicilié à Hénonville , Mort par la France.
  • Maurice VALLUET fusillé le 29 novembre 1915 à l’âge de 24 ans à Manheulles (Meuse). Né à Mont-L ‘Evêque, Mort par la France
  • Albert CROIZE fusillé le 3 mars 1916 à l’âge de 26 ans à Chaudefontaine (Marne). Né à Canny/Thérain, Mort par la France
  • Émile LEDOUX fusillé le 26 juin 1916 à l’âge de 22 ans à Saint-Hilaire-au-Temple (Marne). Né à Compiègne, Mort par la France.
  • Edmond JESUS fusillé le 04 mai 1917 à l’âge de 27 ans à Monastir (Tunisie). Né le 19/10/1890 à Crépy en Valois, Mort par la France

2 civils fusillés dans l’Oise sont classés par le Service Historique de la Défense parmi les fusillés pour "actes de droit commun, trahison, espionnage".

L’étude de leur dossier ne permet vraiment pas de conclure à de tels actes. Personnellement, je considère qu’ils ont aussi été fusillés pour l’exemple et les ajoute donc aux 11 soldats précédemment nommés :.

  • Stanislas DOBROWOLSKY fusillé le 19 septembre 1914 à Driancourt (Somme) à l’âge de 24 ans. Né le 07-02-1890 à Jaswon en Autriche. Domestique agricole depuis 1913 à Nanteuil le Haudouin en 1913. Mort par la France.
  • Désiré DOSSANCOURT fusillé le 28 septembre 1914 à 8h00 place Carnot à Creil, à l’âge de 41 ans. Né dans l’Aisne à Étréaupont. Plombier gazier domicilié 10 rue du parc à Creil. Mort par la France.

"La guerre est un crime contre l’humanité. Pour cette raison, nous sommes résolus à n’aider aucune espèce de guerre et à lutter pour l’abolition de toutes ses causes".

Union pacifiste de France -

Section française de l’Internationale des Résistants à la Guerre.

Creil, le 11 novembre 2015.

Union pacifiste de France

BP 40 196, 75624 Paris Cedex 13

Tél. : 01 45 86 08 75

union.pacifiste@orange.fr

www.unionpacifiste.org

www.wri-irg.org

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Intervention de l’ALAMPAC

L’ALAMPAC, Association Laïque des Amis du Monument PAcifiste de Creil est une association créée au début de ce siècle par des libres penseurs qui avaient mené des recherches dans les Archives Municipales de Creil sur l’histoire de ce monument unique dans le département devant lequel nous nous réunissons aujourd’hui.

La Paix se révélant à l’Humanité. Symbole fort ! Afficher l’image de la Paix plutôt que de faire un monument guerrier et revanchard comme on en trouve sur la plupart des places des villages de l’Oise, c’est l’affirmation de ce que, à Creil, on préfère parler et revendiquer une adhésion commune à l’Universel et à l’Humanité.

C’est l’oeuvre de Jules Uhry porté par la population de Creil à sa direction de 1919 à 1936, date de son décès.

Né à Constantine, en Algérie le 12 novembre 1877 (il aurait demain 138 ans), il avait une haute idée de ce que signifie le mot « socialisme ». Rien à voir avec les incompréhensibles compromissions actuelles avec des dictatures acheteuses d’armes françaises, où l’on décapite et où l’on lapide selon des coutumes et lois religieuses d’un autre temps.

Le Socialisme de Jules Uhry, c’est l’affirmation que la Paix mérite d’être célébrée au sortir du gigantesque massacre de la Grande Boucherie de 14-18 où ont été décimées les générations d’hommes libres à qui nous devons encore le droit d’association (1904) et la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

Le Socialisme de Jules Uhry est dans le souci des œuvres sociales dont l’amélioration du logement dont Creil bénéficie toujours.

Le Socialisme de Jules Uhry, c’est celui de la Section Française de l’Internationale Ouvrière, - je souligne ces mots INTERNATIONALE – OUVRIÈRE car ils manquent trop en ce moment – SFIO qui est le parti dont il était déjà membre alors qu’il était étudiant en droit avant le déclenchement de la guerre. C’est le socialisme de Jaurès, première victime de la guerre.

Le Socialisme de Jules Uhry, c’est aussi la création de cette magnifique École Professionnelle de jeunes filles qui porte aujourd’hui son nom. Il faut savoir que Creil, ville ouvrière, n’avait pas de lycée et que c’est par l’enseignement professionnel que les enfants du Bassin Creillois ont pu accéder à l’enseignement secondaire. Cela s’est fait pour les filles grâce au travail de Jules Uhry. Nous avons travaillé cela aux Archives Municipales de Creil pour la première journée du colloque "École Laïcité République" qui s’est tenue le 18 août dernier au lycée Jules Uhry. Il existe aux Archives Municipales des documents fort intéressants montrant l’acharnement de Jules Uhry à offrir aux filles aussi l’Instruction Publique. Et bien d’autres.

Nous continuons le travail de défense de l’École Publique le 21 novembre lors de la 3ème et dernière journée du colloque « École Laïcité République » à Clermont et par notre participation à la manifestation nationale du 5 décembre place de la République à Paris 15 heures. Est prévu un départ groupé à partir du Bassin Creillois. Nous y réaffirmerons notre volonté de faire respecter la loi de 1905 dont c’est cette année le 110ème anniversaire et nous exigerons que cesse la pillage des fonds publics de 10 milliards par an au profit d’écoles privées confessionnelles aux projets communautarisants et mercantiles.

On comprend mieux, quand on connaît l’ampleur de ces détournements financiers réalisés depuis la loi Debré de 1959 comment et pourquoi la ville de Nogent a trouvé dans les rangs d’une « fondation » catholique l’acquéreur argenté capable d’acheter une terre communale de centre ville. Notre argent public est détourné vers des intérêts privés qui préparent une société communautarisée où dès le plus jeune âge l’endoctrinement religieux sépare les enfants en groupes distincts. Ce n’est pas là la formation du futur citoyen d’une République. Ce n’est donc pas à celle-ci de financer un tel projet. L’argent public doit rester à la seule école publique car c’est elle qui a mission de faire un citoyen républicain de l’élève qui lui est confié.

Pour conclure, je citerai deux phrases inscrites sur deux monuments pacifistes car elles vont un peu plus loin encore que l’affirmation d’un désir de Paix.

- à Gentioux (Creuse) : « MAUDITE SOIT LA GUERRE »

- à Rocles (Allier) : « APPRENONS À SUPPRIMER LA GUERRE »

Vaste chantier !

Pour finir, je parlerai des 250 délégués et invités qui se sont pressés cet été à Creil, pour la tenue du congrès national de la Libre Pensée dans ce bâtiment mis à notre disposition par la Municipalité de Creil que nous tenons à remercier publiquement ici, car ce congrès a sans nul doute contribué à améliorer l’image de Creil, au moins auprès des libres penseurs responsables des fédérations départementales. Ce n’est pas rien tout de même.

Je m’explique : bon nombre de délégués sont venus à Creil « à reculons » persuadés qu’ils allaient y être mal accueillis. L’image de Creil était pour eux fort mal perçue. Depuis ce qu’il est communément appelé « l’affaire du foulard » le nom de Creil est vécu comme le lieu d’une grande atteinte à la Laïcité et à l’École. C’est le lieu où se sont amplifiées les manipulations politiciennes visant à détruire l’une et l’autre. Comme si Creil était devenue à la fin du XXème siècle le lieu stigmate des atteintes à l’école publique laïque. Or les délégués sont tous repartis surpris et enchantés car ils ont été mieux reçus que partout ailleurs, dans un cadre charmant et ont pu travailler dans les meilleures conditions.

Creil peut être fière de son histoire : n’a-t-elle pas été de ces villes qui ont accueilli, à l’emplacement de ce qui est actuellement l’IUT, dans les locaux du Patronage Laïque, des familles de réfugiés de la guerre civile espagnole ? Leur arrivée et leur souvenir persistent encore dans la mémoire des habitants.

Adhérez à l’ALAMPAC qui travaille à faire connaître Creil et son histoire. Histoire remarquable, sans tabou et dont elle n’a pas à rougir.

La prochaine AG se tient le 8 décembre prochain à la Maison des Associations. Vous êtes invités.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Intervention d’Yvette Cesbron au nom du Comité Creil-Palestine, le 11 novembre 2015, devant le monument à la Paix à Creil.

Tout comme nos amis kurdes je viens ici parler d’une guerre actuelle, guerre coloniale, je veux dire en Palestine. Notre comité s’était constitué après Gaza 2009 et depuis il est difficile de mobiliser, c’est pourquoi nous avons commencé à nous associer aux autres comités de Montataire, Nogent et Villers Saint Paul. Par ailleurs les amis de Beauvais ont engagé des opérations de boycott des produits commercialisés en France, issus des colonies israéliennes.

Je tiens à rendre hommage aux journalistes et photographes qui n’hésitent pas à vivre avec la population palestinienne sous les bombes pour nous envoyer des informations régulièrement.

Claire a dit que la ville de Creil était une ville ouverte, ayant accueilli récemment le Congrès de la Libre Pensée de façon extrêmement cordiale. Je tiens à vous dire que sur la liste des invitations aux élus de Creil figurait l’invitation à notre rassemblement d’aujourd’hui. Je suis donc là également au titre de la municipalité.

Enfin une autre raison de ma présence : celui qui est devenu mon père est parti à 18 ans à la guerre, il a été gazé ce qui a endommagé ses yeux et ses bronches. Son frère est mort dans cette guerre 14-18 et son corps est toujours dans un champ de la Marne. Alors tout comme une amie présente ce matin dont le père fut un poilu, ces moments de souvenir sont très importants.

Merci de m’avoir invitée, courage pour la suite.



Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

3 novembre 2016 - inauguration d’une place de la Laïcité à La Croix St Ouen le 18 novembre 2016

Nous apprenons que l’association isarienne "AGORA 21" dirigée par Jean Pierre Weisselberg et la (...)

22 novembre 2015 - École Laïcité République - premier bilan

Succès du colloque "École Laïcité République" : 3 journées à Creil puis à Clermont, d’août à novembre (...)

5 juin 2015 - stand de la Libre Pensée à la fête de la Paix de Montataire le 7 juin 2015

La Libre Pensée de l’Oise sera présente et tiendra un stand à la fête de la Paix organisée à (...)

25 mars 2010 - Lu : "La fin d’une illusion" dans ’l’idée libre’ de mars 2010

L’IDÉE LIBRE est une revue dont chaque numéro est construit autour d’un dossier. Sa dernière (...)

22 février 2010 - Conférence sur le "Trésor de l’Ecluse" de Creil le 27 février

Pierre RIGAULT, membre fondateur de la Société Archéologique de CREIL, exposera, le samedi 27 (...)