14/12/2007 : conférence de Marc Blondel à Vesoul.

Le corporatisme contre la classe ouvrière : quel avenir pour la jeunesse ?
dimanche 16 décembre 2007
par  lp70
popularité : 36%

Le 14 décembre à Vesoul, la Libre Pensée de Haute-Saône a tenu une conférence publique avec Marc Blondel, président de la Libre Pensée nationale sur le thème de l’avenir de la jeunesse dans un contexte marqué par de nombreuses et violentes attaques contre la classe ouvrière en général et contre la jeunesse en particulier.

Une douzaine de personnes étaient réunies ce vendredi soir àla maison des associations pour débattre avec Marc Blondel et la Libre Pensée de Haute-Saône de l’avenir de la jeunesse dans un contexte marqué d’une part par les événements de Villiers le Bel , et d’autre part par la signature à la sauvette du mini traité de Lisbonne par Sarkozy. Après un rappel de Marc Blondel sur les dates marquantes de la constitution de la classe ouvrière française et sur les raisons de son indépendance en tant que classe sociale, le débat s’est ouvert sur l’évolution de la situation actuelle. Le traité constitutionel de Lisbonne est un nouveau coup porté à la classe ouvrière et obère l’avenir des générations à venir. Basée sur un modèle d’organisation sociale coporatiste, l’UE est une négation de la lutte de classe et tente de fermer ainsi la voie au progrès social que permet la lutte de classe. Les congés de 36 ont été acquis par la grève et pas par décret, tout comme la protection socilae et les retraites... Le corporatisme considère que tous font partie d’un même corps social : il n’y a plus, dans une usine, d’ouvriers et de patron, mais un ensemble fabriquant un produit pour le bien de la société. Et tous ont ainsi le même intérêt commun. La subsidiarité vient consolider cette organisation sociale en définissant un rôle spécifique à chacun ; et bien évidement c’est au patron de savoir ce que l’on fabrique et à l’ouvrier de la fabriquer. A un niveau supérieur, c’est l’UE, soumise aux exigences du capitalisme, qui dicte à l’Etat français ce que doit être sa politique sociale (fermeture des hôpitaux des écoles et collèges...), sa politique industrielle (baisse du coût du travail par la remise en cause de la sécurité sociale, mise en place de la fexicurité...)... et à l’Etat français d’appliquer ces politiques. Et pour verrouiller tout cela, la constitution européenne impose d’avoir l’unanimité des pays membres pour modifier un article, ce qui bien sûr ne sera guère possible. On le voit, c’est cet ensemble de mécanismes qui bloque tout espoir de progrès social et qui nécessite aujourd’hui de se réunir et de s’organiser pour stopper cette offensive globale et mondiale du capitalisme. Cinq personnes ont pris leur adhésions à la Libre Pensée de Haute Saône à l’issue de cette soirée, un abonnement 6 mois a été souscrit, une vingtaine de numéros de La Raison ont été vendus ainsi que différents ouvrages et affiches (voir notre rubrique librairie sur le site Internet). 34,50 euros de soutien ont également été récoltés.


Documents joints

Tract d'appel à la conférence
Tract d'appel à la conférence
Diffusé à 400 ex à Vesoul, Gray et Luxeuil.

Portfolio

JPEG - 462.9 ko Vue de la salle Autre vue de la salle

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112