L’Espace du Moineau et le diocèse de l’Eglise catholique de Rouen ne font qu’un : qu’on se le dise !

Formations du CNFPT à l’Espace du Moineau.
mercredi 2 mai 2012
popularité : 6%

Un long extrait de la lettre que nous avons adressé au CNFPT en question

le Groupement des services publics et des services de santé Force Ouvrière de l’Eure nous a alertés, à bon escient, sur la tenue de formations de personnels territoriaux à l’Espace du Moineau.

Dans votre lettre de réponse du 6 décembre 2011 à Patrick Richard, Secrétaire départemental de ce groupement, vous dites que vous restez très attaché au principe de laïcité et que vous prenez note des réticences exprimées. Nous en sommes d’autant plus à l’aise pour vous exposer notre position.

Au préalable, nous rappelons les deux premiers articles de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Extraits : Article premier : « La république assure la liberté de conscience. » Article deux : « La République ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. »

Nous considérons que le Centre national de la fonction publique territoriale de Haute-Normandie, au cas présent, n’a pas assuré la liberté de conscience des personnels territoriaux et a subventionné le diocèse de l’Eglise catholique de Rouen. En effet, l’Espace du Moineau est non seulement l’une des neuf associations propres au diocèse, mais c’est elle qui « est responsable de la gestion de l’animation du Centre diocésain. Il est administré (l’Espace du Moineau) par les représentants des mouvements ou services présents en permanence au Centre diocésain. Son Conseil d’administration est composé par quatre membres élus en son sein et trois membres de droit : le Père Philippe Maheut, nommé par l’Archevêque, est l’animateur pastoral du Centre diocésain. Les deux autres sont l’économe diocésain Hubert Charvet et Madame Isabelle Fauvelle, nommée par le Père Philippe Maheut.

(Extraits de l’intervention de Monsieur Claude Gayet, Président de l’Espace du Moineau, du 19 mars 2011). En résumé, toutes les associations, sises au 41, 43 et 45, route de Neufchâtel à Rouen, sont liées à l’Eglise catholique. Ce dont d’ailleurs, cette dérnière, ne se cache pas. Pour sans convaincre complétement, il suffit de découvrir les propos prononcés le 19 mars 2011, par le Père Jean de Blangermont, lors du 10ième anniversaire de la réhabilitation du Centre diocésain (l’Espace du Moineau).Extraits : « ... faire en sorte que ce Centre soit vraiment un lieu de vie, un carrefour d’échanges, de réflexion entre les différentes composantes de l’Eglise diocésaine et ouvert aussi à un public extérieur. » « Il nous semblait que cette ouverture sur l’extérieur entrait dans la mission du Centre, lieu d’Eglise ...Et aussi c’était une opportunité de pouvoir montrer à des personnes ou des groupes qui n’ont souvent qu’une image partielle de l’Eglise un autre visage, une Eglise ouverte, accueillante, soucieuse de... »

Ces paroles qui fleurent le prosélytisme, ont le mérite de corroborer ce que nous affirmons. Toutefois, pour être le plus complet possible, il est utile de vous indiquer que les comptes du diocèse comprennent « les éléments financiers de l’archevêché, des 56 paroisses et des services diocésains et aumôneries. Curieusement, la seule façon d’accéder aux comptes de l’Association diocésaine de Rouen, sur le site du Journal Officiel, c’est d’entrer : « Espace du Moineau » ...

En fait, l’évêché de Rouen essaie, plus ou moins adroitement, de mêler des activités cultuelles avec des activités culturelles. C’est une pratique qu’à tenter d’officialiser Monsieur Sarkozy, ministre de l’Intérieur en 2005, quand il a missionné Monsieur Machelon pour établir un rapport à ce sujet. L’idée étant que, comme la loi de 1905 ne permet pas de subventionner les associations cultuelles, la nouvelle loi autoriserait de subventionner des associations culturelles qui y seraient liées. Tous les éléments exposés sur l’Espace du Moineau, qui sont consultables sur le site de l’Evêché de Rouen, devraient, comme vous le formulez à la fin de votre lettre, alimenter utilement « vos critères de réflexion ».

Il est, en effet, temps de mettre fin à une situation où les personnels territoriaux sont dans l’obligation de suivre des actions de formation dans « un lieu d’Eglise », obligation qui privent les personnels athées, agnostiques et pratiquants d’une autre religion, de leur liberté de conscience. Comme il est temps aussi, que le CNFPT de Haute-Normandie, organisme de formation de la fonction publique territoriale, cesse de reconnaitre et de subventionner le culte catholique. Ce qui vaut pour le CNFPT, vaut aussi pour les autres organismes publics (dont les associationsrecevant des subventions publiques), dont nous nous préoccuperons prochainement, en portant une attention particulière à ceux qui organisent des concours de la Fonction publique.


Documents joints

Lettre de notre président
Lettre de notre président

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois