Tract de la Fédération varoise lors de la manifestation enseignante (15 décembre)

vendredi 16 décembre 2011
par  LpVar
popularité : 1%

La Fédération varoise de la Libre Pensée était présente lors de la manifestation des enseignant-e-s à Toulon le 15 décembre, pour le retrait du projet de décret sur l’ "évaluation" des enseignant-e-s. Nous y avons distribué un tract, qui présentait notre analyse de ce projet (ci-dessous) et la replaçait dans un contexte plus vaste de démantèlement de l’école publique, tel que l’a analysé notre congrès national d’août 2011 (le tract complet est en pièce jointe). Pour la Libre Pensée, plus que d’un enjeu corporatif le projet gouvernemental représente un levier pour aller vers la privatisation de l’Education nationale.

La Libre Pensée soutient la lutte des personnels de l’éducation

Pour la liberté pédagogique,
non au saccage de l’école publique !

Aujourd’hui 15 décembre, les personnels de l’Education sont en grève à l’appel unitaire de toutes les organisations syndicales laïques pour le retrait du nouveau projet ministériel sur l’évaluation des personnels enseignants, CPE et Co-Psy. La Libre Pensée soutient cette mobilisation et ses revendications.

Organisation indépendante de tout pouvoir et de tout parti, la Libre Pensée fait l’analyse que l’école publique et ses personnels sont menacés par le nouveau dispositif ministériel :

- la mise en cause de l’enseignement : la nouvelle "évaluation" des professeurs ne se fonde pas sur l’enseignement dans la classe et la transmission des connaissances dans sa discipline, mais sur des critères subjectifs ("faire progresser chaque élève") et sans lien avec l’enseignement ("sa pratique professionnelle dans l’action collective de l’école ou de l’établissement").
- la mise en cause du statut, donc de l’indépendance et de la liberté pédagogique personnels. En effet, s’il y a un statut national, c’est parce que l’Education est encore –pour combien de temps ? – nationale : horaires et programmes nationaux, diplômes nationaux. C’est aussi parce que les personnels de l’école publique ne doivent pas être inféodés à des pouvoirs locaux et rester plus globalement indépendants de tous les pouvoirs : leur rôle, le rôle de l’école publique, est de garantir le même droit à l’éducation pour tous, sur tous les points du territoire. Avec cette "évaluation" c’est le règne de l’arbitraire et du clientélisme, pour cantonner les personnels à l’application des contre-réformes ministérielles et les soumettre aux hiérarchies locales : leur évaluation se ferait à partir des "orientations validées par les instances de l’école ou de l’établissement". Autrement dit non pas à partir de la mise en œuvre d’une éducation avec un programme, mais à partir des volontés de potentats locaux – qu’ils soient politiques, administratifs ou religieux. Rappelons que les enseignants ont dû dans le passé lutter avec constance pour se dégager des tutelles locales clientélistes. Qu’en sera-t-il demain, par exemple si le gouvernement continue à vouloir transformer les écoles en "Etablissements Publics d’Enseignement Primaire" ?
- la mise en cause de l’école laïque elle-même : cette contre-réforme est en cohérence avec le reste des agressions gouvernementales contre l’école publique (suppressions de postes, traque aux enfants sans-papiers, réformes du lycée et du collège, "socle commun"…). En cohérence aussi avec sa volonté de privatisation rampante de l’école publique : quel autre sens peut avoir cette volonté d’instaurer un véritable "management" comme il est déjà pratiqué à France Telecom ou dans d’autres services publics ?


Documents joints

télécharger le tract
télécharger le tract

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois