EDITORIAL

mardi 18 janvier 2011
par  Lp 85
popularité : 1%

CRECHI—CRECHA !

La campagne de l’Eglise catholique de présence dans l’espace public ne connaît pas de trêve, pas de relâche, aidée en cela par divers élus et institutions. Nous en avons rencontré quelques exemples cette année encore, et il faudra se préparer assez tôt pour agir en fin d’année 2011. Pourtant, cela masque mal le fait que les églises se vident, voire s’écroulent. On dirait un vieil acteur sur le retour, ou un ancien ministre sautant sur la moindre occasion de se remettre sur le devant de la scène. Alors l’Eglise fait feu de tout bois pour montrer sa pub, rugby, crèches à tout va, y compris en contournant la loi ( un garage ouvrant sur une place publique, c’est comme une vitrine, bien qu’un peu décatie), voire directement comme au conseil Général de la Vendée (voir le courrier page 3) sur les emplacements publics comme à Montiers (Oise) où le représentant de l’Etat ne semble rien voir…

Quelles sont les vitrines habituelles ? Les églises, mais également, et peut-être même principalement en Vendée, les établissements scolaires catholiques. La loi Debré et les autres lois anti-laïques qui l’ont renforcée ont assuré cette source de présence sur le terrain. Tous les financements sont bons à prendre, loi Carle comprise ( et bien comprise par les OGEC !…). Deux titres de la presse ont récemment mis en lumière ce que veulent en définitive toutes les religions : l’argent public, seul moyen d’exister réellement. « La Russie restitue 6400 lieux de cultes à la religion orthodoxe » (Le Monde du 10/12) et « Soutenue par l’Etat, l’Eglise roumaine ne connaît pas la crise » (Le Monde du 27/12 ). Sauf que dans la République française existe cette loi de 1905, qui résiste et qui démontre chaque jour sa nécessité ! Le problème majeur est de la faire respecter : séparation de la sphère publique de la sphère privée. Très nombreux sont ceux qui en voudraient des modifications, pour que les religions aient une place dans les décisions publiques. Ainsi le Pape des catholiques insiste-t-il dans ses propos récents ( 1er janvier) : « Dans le respect de la laïcité positive des institutions étatiques, la dimension publique de la religion doit toujours être reconnue. Dans ce but, il est fondamental que s’instaure un dialogue sincère entre les institutions civiles et religieuses pour le développement intégral de la personne humaine et l’harmonie de la société ». Or, c’est directement faire référence à l’Union Européenne et au « Traité de Lisbonne » qui met donc en œuvre ce « dialogue » avec l’aide de ses meilleurs zélateurs de tout poil.

Mais outre le contrôle des consciences, il s’agit bien du contrôle des affaires et de la soumission des peuples, au seul bénéfice des Eglises et religions, qui sont donc en « concurrence libre ». Car, c’est bien connu, chacune détient l’exacte Vérité du Monde, ce qui a déjà fait ses preuves en matière de paix civile !!. Un humoriste a construit un sketch sur « la religion est en fait une rumeur persistante ». C’est par le crèchi-crècha que la rumeur est entretenue. Ne nous y trompons pas ! l’Eglise catholique combat pour la reprise du terrain perdu avec tous ses moyens et ses alliés . Nous ne la laissons pas faire.

J. Regourd


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois