Rassemblement pacifiste

dimanche 21 novembre 2010
popularité : 5%

CR 11 novembre 2010 à Equeurdreville

Une partie des assistants à la cérémonie

Malgré la tourmente qui sévissait ce 11 novembre sur le Cotentin, une quarantaine de personnes étaient présentes devant le monument aux morts d’Equeurdreville dont l’inscription : « Que maudite soit la guerre » dispense de longs discours. Le journal local avait préalablement donné le sens de cette manifestation : rappeler les condamnations prononcées au cours de la guerre 14-18, les 650 exécutions pour l’exemple de soldats français, la longue lutte de l’institutrice cherbourgeoise Blanche Maupas pour la réhabilitation de son mari et de ses compagnons d’infortune, les quatre caporaux de Souain. Christian Leterrier, président de l’Amicale Laïque des amis des monuments pacifistes de la Manche, souligna le caractère pacifiste et internationaliste des engagements de la Libre Pensée. Plaidant pour la réhabilitation de fusillés pour l’exemple, il cita les paroles d’une chanson « Mutins de 1917 », écrite en 1967 et interdite en France jusqu’en 1998. « Vous n’êtes pas aux Monuments aux Morts Vous n’êtes même plus dans les mémoires ... Vous aviez fait tant d’assauts inutiles, Juste pour corser le communiqué » Jean-Philippe Decroux, président de la Ligue des Droits de l’homme (Nord Cotentin), traita également de l’histoire des fusillés et plaida en faveur de leur réhabilitation. Enfin, François Grandazzi, vice-président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, évoqua l’époque actuelle, ses nombreux conflits. Dès le lendemain, la Presse de la Manche relatait de manière détaillée cette manifestation du souvenir pas tout à fait comme les autres. Nos efforts obstinés porteront leurs fruits !


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 janvier 2008 - contacter la fédération de la Manche

Toutes correspondances postales doivent être envoyées à René Lebouvier Hôtel au Franc 50800 (...)