discours lors du rassemblement pacifiste du 11 novembre (Mazaugues) :

dimanche 16 novembre 2008
par  LpVar
popularité : 3%

Ci-dessous les discours prononcés par Robert Oller (président de la Fédération varoise de la Libre Pensée) et Xavier Giovanetti (président du cercle Jean Rostand - Toulon) à l’occasion du rassemblement devant le monument aux morts antimilitariste de Mazaugues le 11 novembre. ces deux textes sont téléchargeables au bas de cette page.

Discours de Robert Oller, président de la Fédération varoise

Citoyennes, citoyens, chers camarades

Il y a 90 ans se terminait la guerre de 1914/1918 à cette occasion la Libre Pensée, l’Association Républicaine des Anciens Combattants, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Union Pacifiste et le Mouvement de la paix ont initié un rassemblement pacifiste et internationaliste à Gentioux dans la Creuse devant son monument aux morts pacifiste, pour la réhabilitation de tous les "fusillés pour l’exemple".

Je ne sais pas en ce moment ce qu’aura déclaré le Président de la République à ce sujet. Ce qui est sûr c’est que son Ministre des Anciens Combattants a déclaré vouloir réglé le problème au cas par cas, évoquant des cas de droit commun, sans doute en fouillant dans les archives de la justice militaire, justice souvent mise en cause pour sa partialité ou aveuglement !

Il faut rappeler ici que le gouvernement britannique a voté une loi de réhabilitation en août 2006.

Les différents gouvernements français n’ont pas été aussi tatillons pour déceler les cas de droit commun par exemple dans le rôle positif de la colonisation, les massacres de Sétif (de 1500 à 45000 morts) de Madagascar(environ 90 000 morts), dans la réhabilitation des collabos de 39/45 qui ont gangrené l’administration française jusqu’à nos jours. On peut évoquer le cas Papon qui officia avec l’Allemagne Nazie puis en Algérie préfet de Constantine où l’on développa les célèbres "corvées de bois" et enfin préfet de Police à Paris chef bourreau de la journée disparue du 17 octobre 1961 ou il y eu plus de 200 morts. Pour le remercier il finira ministre sous Giscard avant d’être rattrapé bien tardivement par la justice et rapidement libéré pour raison de santé.

Seul compte le service à la Nation pour couvrir les exactions faites aux peuples. Tous les prétextes sont bons ! Citons l’Afghanistan ou sous couvert de lutte contre le terrorisme islamique, digne successeur de la terreur communiste, les occidentaux mènent une nouvelle croisade. Souvenez-vous cet été de l’hommage national aux 10 soldats français tombés en Afghanistan souligné d’un pitoyable discours de glorification de la mort et du sacrifice pour la Nation. Silence bien entendu sur les véritables raisons de la présence militaire dans ce pays c’est-à-dire l’accaparation des richesses du sous-sol, silence sur les conditions de plus en plus difficiles pour les populations qui subissent les conséquences de ce conflit qui dure depuis 7 ans. Une véritable aide au peuple afghan commencerait par le départ des troupes d’occupation et par un apport d’un véritable plan social pour régler les problèmes de la misère.

Le capitalisme a inventé la guerre permanente, quand elle n’est pas militaire, elle est économique, en employant les mêmes méthodes : la guerre de tous contre tous.

Le discours belliciste développé par les financiers et les industriels, décidés à s’approprier les richesses mondiales, tend à convaincre les masses laborieuses que les drames et les sacrifices qui leurs sont imposés se répartissent également et qu’il n’y a pas d’autre alternative que la soumission volontaire.

Dans tous les cas de figures, pour les gouvernants et les nouveaux maîtres du monde, l’ignominie c’est le rejet de cette soumission à l’arbitraire, à la hiérarchie, à l’idolâtrie nationaliste.

C’est le crime commis par 2500 soldats français, en 14/18 dont 650 fusillés pour l’exemple. C’est la raison qui nous amène à Gentioux comme ici à Mazaugues à demander la réhabilitation de tous ceux qui refusaient de se battre pour rien, qui refusaient de mourir pour les profiteurs de guerre, qui refusaient de massacrer les travailleurs sous un autre uniforme, parce qu’ils fraternisaient au-delà des tranchées, parce qu’ils voulaient la paix, le pain et la liberté, parce qu’ils voulaient mettre fin à la boucherie.

Que maudite soit la guerre.
Que maudites soient toutes les guerres.

Discours de Xavier Giovanetti

Ce mardi 4 novembre 2008, Barack Obama a remporté une victoire éclatante sur Mac Cain qui représentait la politique du gouvernement Bush. Cette victoire a été possible grâce au profond et extraordinaire mouvement du peuple américain, surtout le mouvement ouvrier, les noirs et les latinos. Il s’agit d’un désaveu cinglant à la politique de Bush pendant huit années, lui qui était parti en croisade sur « l’axe du mal » et pour « une guerre sans fin » contre le terrorisme, en fait contre les peuples et pour les multinationales , en particulier pétrolières. Un désaveu d’une politique de guerre et de pillage, et de paupérisation des masses populaires américaines. Les masses qui ont voté Obama aspirent à un changement profond de politique. Elles comprennent que les milliards qui s’en vont dans la guerre vont manquer cruellement dans le domaine social, dans la santé, dans l’éducation, …

Or, au cours de sa campagne, Obama a commencé à faire marche arrière :
- en soutenant le vote du 19 juin de 162 milliards de dollars pour le budget militaire
- en affirmant qu’il augmenterait de 10000 l’effectif des troupes américaines en Afghanistan
- en déclarant soutenir l’Etat d’Israël et sa politique sioniste ; en faisant un discours musclé sur l’Iran ;
- en prenant comme vice-président M. Biden qui a soutenu toutes les interventions militaires des USA de ces 20 dernières années.

Mais l’électorat populaire et noir en particulier est lucide. Un noir de Harlem précise : « C’est la première fois que nous votons ; c’est nous qui avons fait l’élection Obama. » Et un peu plus tard, en réponse à la journaliste : « Attention, il ne faut pas qu’il nous tourne le dos, il n’a pas le droit de ne pas faire ce pour quoi nous l’avons élu. » Le peuple américain a déjà l’expérience d’une mobilisation qui a obligé à l’arrêt de la guerre du Vietnam.

Le gouvernement français avec Sarkozy a montré son allégeance à la politique de Bush en envoyant des militaires français en Afghanistan ; des milliards d’euros sont dépensés pour jouer les gendarmes en Afrique et un peu partout dans le monde. Ces milliards qui manquent et manqueront à la Sécurité Sociale, l’école publique, à La Poste, à la SNCF, à l’économie,…

Pour notre part, dans la continuité de nos prédécesseurs, comme Jaurès, Anatole France, le député Pierre Brizon et plus près de nous Charles Fabre (maire de Mazaugues en 1935), nous sommes aujourd’hui à Mazaugues pour réaffirmer notre orientation contre la guerre et son cortège de destructions. Comme l’a dit Anatole France : « On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels » ; on pourrait dire aujourd’hui « on meurt pour les multinationales du pétrole et de l’armement ».

Souvenons-nous de Craonne, du Chemin des Dames, de Verdun et affirmons haut et fort :

Maudite soit la guerre !
Maudites soient toutes les guerres !


Documents joints

Word - 27.5 ko
Word - 27.5 ko
Word - 23.5 ko
Word - 23.5 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930