La Raison 91, numéro 77 : le mot du président Par Louis Couturier

Par Louis Couturier
lundi 21 décembre 2020
popularité : 28%

Pour la mobilisation laïque la plus large et la plus unitaire !

Dans ce numéro de La Raison 91, vous trouverez nombre de réponses aux multiples questions qui peuvent se poser à propos des Chartes dites de la Laïcité, de l’aumônerie de Limours, du SNU (service national universel), du climat et du projet de loi sur le séparatisme. Des réponses qui n’engagent que leurs auteurs. En aucun cas « nos réponses ». La Libre Pensée, rappelons-le, fournit une méthode pas un catéchisme !

Le 18 novembre, le gouvernement a déposé au Conseil d’État un « projet de loi confortant les principes républicains ». À l’origine, il devait être présenté au Conseil des ministres le 9 décembre, date symbolique du vote de la loi de 1905, et devait arriver au Parlement en février prochain. Selon La Croix du 19 novembre et selon le sociologue Philippe Portier, spécialistes des questions liées à la Laïcité, l’épiscopat n’est pas demandeur d’une telle loi. Le gouvernement poursuit donc des objectifs qui lui sont propres.

Pour ma part, je retiens trois axes essentiels dans ce projet de loi :

  • l’obligation de neutralité politique et religieuse pour les agents publics employés par des organismes de droit privé chargés d’une mission de service public et pour les parents accompagnateurs de sorties scolaires des établissements publics (cf. « problème » des femmes voilées)
  • le contrôle des associations en leur imposant de signer « un contrat d’engagement républicain » avant la délivrance d’un agrément et/ou le versement d’une subvention publique (cf. les chartes de la laïcité de la région Île-de-France et du département de l’Essonne)
  • passer d’une obligation d’instruction (sous contrôle de l’Éducation nationale) - au sein de la famille pour 50 000 enfants en partie appuyés par le CNED ou dans des écoles hors-contrat avec l’État pour 51 000 autres - à une obligation de scolarisation de 3 à 16 ans dans un établissement scolaire public ou privé.

Ce sont donc des piliers essentiels de la République qui sont sapés par l’État macroniste :

  • les lois laïques des années 80 du XIXème siècle
  • la loi sur les associations de 1901
  • la loi du 9 décembre 1905 qui garantit le libre exercice des cultes et la liberté de conscience.

Reçue le 19 novembre par la ministre chargée de cette question, la Libre Pensée a pu développer son analyse de ce projet de loi et rappeler qu’elle n’accepterait pas qu’on dénature les lois de 1905 et de 1901. Vous en trouverez le détail dans
La Raison, bulletin national.

De la même façon, la Libre Pensée demande le retrait de la loi dite de « sécurité globale » qui vise à restreindre la liberté de manifester et d’informer librement. Nous étions présents aux Ulis le 17 novembre (voir page 15) et le 28 à Paris, place la République, avec la Ligue des Droits de l’Homme et les syndicats de journalistes.

La défense des lois de 1901 et de 1905, la défense des libertés démocratiques seront au centre de nos débats lors de notre Congrès départemental de janvier prochain. Nous y aurons l’occasion de nous prononcer sur la pertinence de nos activités passées (cf. nos contributions au Congrès national de fin août et au Comité Général du 25 octobre de la FNLP qui constituent notre rapport d’activité) et sur les actions à entreprendre en 2021. Nous aurons également à élire les nouvelles instances de notre Fédération et à fixer le montant de la cotisation.

Préparons-nous à aider à la mobilisation la plus large et la plus unitaire du mouvement laïque pour faire échouer les projets liberticides du gouvernement !

Louis Couturier, 24 novembre 2020


Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois