LP75 au 11 novembre

mercredi 11 novembre 2020
par  Lp 75
popularité : 14%

PDF - 154.7 ko

Déclaration commune de La Libre Pensée-75, l’Union Pacifiste, l’Union syndicale Solidaires, la CNT-SO Education Recherche à l’occasion du 11 novembre 2020. Ces organisations sont membres du collectif unitaire « Non au SNU » À bas le SNU !

Protégeons la jeunesse du militarisme et du bourrage de crâne ! Pour le rétablissement du droit aux études et de toutes les libertés publiques !

Jeunes gens de seize ans livrés à la propagande de la hiérarchie militaire ou policière, entraînés à des pratiques militaires agressives, intoxiqués par le culte du chef et de l’unité de combat, promis à la perte de tout esprit critique, nos organisations ont eu, depuis deux ans, à dénoncer la volonté du gouvernement Macron d’imposer les nouveaux « chantiers de jeunesse » que représentent les sessions, déjà commencées, du SNU. Ces stages (bientôt obligatoires) soumettent déjà de très jeunes gens, à l’âge où leur personnalité est en pleine évolution, où ils cherchent leur voie tant sur le plan philosophique que sentimental, à un emploi du temps de type militaire, confrontés aux rudoiements des officiers, à un langage étranger à leur sensibilité, à la bêtise et à l’inculture de la caserne. Ce stress et ce lavage de cerveau sont inacceptables pour qui est attaché à la Paix dans le Monde. Ce n’est pas un avenir pour la jeunesse. Un aspect non négligeable du SNU est la possibilité d’employer gratuitement ces jeunes dans des institutions, des associations. Nous nous opposons au travail gratuit, à l’exploitation de la jeunesse. Un autre aspect honteux de ce dispositif est la captation d’une partie des financements dus à l’Éducation Nationale. Les lycéennes et les lycéens aspirent à la connaissance, pas à une connaissance tronquée et caviardée, comme le texte de Jean Jaurès censuré (la phrase sur la liberté pédagogique de l’enseignant) et tripatouillé (le mot fierté remplacé par celui de fermeté) par le ministre de l’Éducation Nationale, Monsieur Blanquer. C’est la raison pour laquelle ils manifestent et bloquent leurs lycées pour exiger, face au danger sanitaire réapparu, des dédoublements de classes avec les postes d’enseignants qui doivent les accompagner. En cela, ils sont solidaires de leurs professeurs en grève. Les étudiantes et les étudiants aspirent eux aussi à la connaissance pleine et entière, donc à la liberté de recherche, telle qu’elle a été maintenue jusqu’à présent, et que la loi LPPR et ses derniers amendements liberticides remettent gravement en question. Et ce serait à ces jeunes, déjà confrontés à une situation d’abandon éducatif pendant la pandémie, désireux d’apprendre, d’être libres de penser, désireux de former des projets professionnels intéressants, à l’inverse du prêt à penser voulus par le ministre, ce serait à ces jeunes gens qu’il faudrait, de surcroît, imposer la camisole de militarisme ? Nos organisations se tournent vers la jeunesse et ses organisations pour dire : tous contre le SNU ! Construire une paix durable, une véritable compréhension entre les peuples passe par l’abandon du militarisme. Nous sommes conscients qu’en nous adressant à la jeunesse, en lui témoignant notre solidarité, nous apportons notre soutien à l’ensemble de la population victime de mise en résidence surveillée et de suppression des libertés publiques. Les lycéens et lycéennes ont osé manifester, malgré le confinement et l’interdiction de rassemblement. Ils ne sont plus les seuls à présent. Les prochains jours verront probablement surgir de nouveaux faits de résistance. Nous avions formé le projet de tenue d’une table, portant nos publications, devant une ou deux universités à l’occasion du 11 novembre. Le confinement nous en empêche, jusqu’à plus ample informé. Chacune avec ses moyens et ses traditions, nos organisations vont œuvrer à la campagne pour l’abolition de ce SNU, entreprise rétrograde et nocive pour la jeunesse.


Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois