La Raison 91, Numéro 73 : notes de lecture

Par Françoise Rousseau
jeudi 24 octobre 2019
par  lpEssonne
popularité : 12%

« Cannibale » de Didier Daenincks

Le dossier de l’Idée Libre de ce trimestre a pour objet « L’Afrique Noire sous le joug du colonialisme français » mais ce sujet peut s’étendre à l’ensemble des colonies françaises sur d’autres continents…

Dans son ouvrage, l’auteur relate une attraction de l’Exposition Coloniale de 1931, exposition visant à démontrer la supériorité de la civilisation blanche.

Sur la base de fausses promesses, plusieurs familles de Kanaks, indigènes de Nouvelle-Calédonie, ont été arrachées à leur tribu de Lifou pour être exhibées peu vêtues et contraintes de « jouer au sauvage » lors de cette exposition.

D’un côté, les visiteurs ébahis trouvent le spectacle divertissant et traitent ces Kanaks comme des animaux curieux avec leur tête et leur comportement de primitifs.

De l’autre côté, les Kanaks, trompés, maltraités, humiliés, cherchent par tous les moyens de fuir ce rôle dégradant qu’on les oblige à tenir. Il s’en suit quelques aventures rocambolesques…

« Le retour d’Ataï » de Didier Daenincks

Plusieurs dizaines d’années après l’Exposition Coloniale, le héros de « Cannibale » revient à Paris dans le but de ramener en Nouvelle-Calédonie la tête momifiée d’Ataï, chef Kanak qui a dirigé la révolte de 1870-1871 contre l’oppresseur colonialiste.

Notre héros part aussi à la recherche de ses racines kanakes et nous plonge dans l’histoire de son peuple, soigneusement gommée dans les écoles calédoniennes où l’on enseigne toujours « nos ancêtres les gaulois »…

Deux livres à lire absolument au moment où la question de l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie revient d’actualité avec l’organisation d’un second référendum.

« Tiurai » de Patrick Pécherot

Après les dernières révoltes de la fin du XIXème siècle, la Polynésie « française », colonie du Pacifique, est devenue un paradis pour les touristes en mal d’exotisme, à la recherche de la vahiné idéale…

Après l’indépendance de l’Algérie, pour le général De Gaulle, c’est devenu un centre d’intérêt primordial pour l’armée française : un nouveau terrain d’expérimentation nucléaire qui ne soucie aucunement des conséquences sanitaires sur les populations locales, sans parler de celles sur l’environnement !

Le début du roman relate le redémarrage de ces expérimentations en 1995 à l’initiative du Président Jacques Chirac : oppositions à ces essais, émeutes à Papeete, contrastes saisissant entre le vécu des polynésiens et celui des « popaas », les résidents blancs et militaires du CEP (Centre d’expérimentation du Pacifique).

Le pouvoir en place (le Haut-commissaire, nommé par le Président de la République) ne cesse de contrecarrer la recherche des victimes des essais nucléaires à Mururoa atteints par des cancers.

NB : Le gouvernement français vient seulement de reconnaître officiellement le lien de cause à effet mais cette reconnaissance doit se faire au cas par cas pour pouvoir toucher des indemnités (pour les survivants…)

« Lourdes » d’Emile Zola

A l’occasion du 15 août, France Télévision, chaîne publique pour laquelle nous payons une redevance, nous a abreuvé de reportages sur les cérémonies en l’honneur de la « Vierge Marie » et sur le pèlerinage de Lourdes.

Emile Zola, dans son œuvre « Trois Villes », a consacré un tome, « Lourdes », à ce sujet. Tout y est : les trains de malades scrofuleux, poitrinaires ou paralytiques, n’ayant plus comme seul espoir une guérison miraculeuse…

Zola ne nous fait grâce d’aucun détail. Il soulève le problème de la foi et de la crédulité humaine dont profitent les marchands, les hôteliers, les serviteurs de l’Église y compris l’évêque qui dépossède le curé de Lourdes de ses prérogatives sur le « lieu sacré » et expédie Bernadette Soubirous finir sa vie dans un couvent à Nevers ! Roman dur parfois, avec des longueurs, mais oh combien réaliste et d’actualité ! Pas de changements dans l’exploitation de la misère…

« La Vierge du Grand Retour » de Raphaël Confiant

Une statue de la Vierge Marie, seule dans une barque qu’aucun marin ne dirige, aborde les côtes de la Martinique… Les Noirs, les métis, les Chinois qui assistent médusés au spectacle y voient un signe miraculeux. Ils croient que cette apparition va apporter le bonheur et la délivrance à tout ce peuple qui la vénère. Ils décident alors d’organiser une procession pour aller de village en village recueillir des dons de toute nature.

L’auteur en profite pour dépeindre avec sa truculence habituelle toute une galerie de personnages pittoresques.

Mais voilà, la manière dont est rendu le culte à cette statue de la Vierge ne convient pas à tout le monde, en premier lieu à l’Église officielle mais aussi aux békés dont l’autorité est fragilisée. Alors… A lire sans modération. Cela nous ferait presque nous réconcilier avec les miracles !


Les articles signés n’engagent que leur auteur. Nos lecteurs peuvent les utiliser en citant source et auteur, lequel conserve la propriété intellectuelle de ses écrits.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois