La Raison 91, Numéro 71 : Les Libres penseurs et leurs internationales de Louis Couturier, par Serge Bianchi

dimanche 27 janvier 2019
par  lpEssonne
popularité : 1%

La Raison 91, Numéro 71 : Les Libres penseurs et leurs internationales de Louis Couturier, par Serge Bianchi

Louis Couturier vient de publier, 4 ans après son indispensable ouvrage sur La Libre Pensée et les femmes, une nouvelle somme fondée sur un patient travail dans les archives et dans les travaux de références : Les libres penseurs et leurs internationales.

Ce livre vient à son heure pour éclairer les origines mal connues de la Libre Pensée, depuis les années fondatrices 1840, celles de la revue La liberté de pensée et d’une Société des libres penseurs au temps du « printemps du peuple » parisien (1848) jusqu’aux années de refondation 2011-2017 où l’Association Internationale de la Libre Pensée « reprend le flambeau ». Les apports de l’ouvrage sont considérables.

Il s’agit d’abord d’une histoire des idées de la Libre Pensée, depuis les textes fondateurs de Ferdinand Buisson, en 1904 (résolutions du Congrès de Rome, p. 329-331) jusqu’au Manifeste pour la liberté de conscience du Congrès d’Oslo, signé par les représentants de 37 pays présents, p. 254-260. Louis Couturier nous plonge au cœur des débats qui ont opposés les délégués des nombreux congrès, dans une chronologie maîtrisée où « l’âge d’or » (1902-1914) est brisé par les « années sombres » de la Grande Guerre, suivies de scissions et d’épreuves jusqu’à la renaissance de 2011, et la Déclaration « Violences et religions » du dernier congrès en date, tenu à Paris, en septembre 2017, p. 282-283.

Au-delà des polémiques internes, qui peuvent aller jusqu’à la volonté de certains de détruire les églises et la religion, il s’agit de montrer comment une réponse internationale à vocation universaliste a été donnée contre les prétentions de l’Église catholique à l’universalité sur des terrains essentiels comme la vie, la mort, le mariage, les lois sociales.

Il s’agit ensuite d’une histoire des hommes et des femmes qui se sont battus pour ces idées, portraits et citations à l’appui. Partant des idées des adversaires, les « hommes du Vatican » (les papes et leurs encycliques), Louis Couturier se penche sur le martyrologe des libres penseurs d’antan à aujourd’hui, avant de retracer l’histoire des pionniers internationalistes, pris dans tous les continents, comme Charles Bradlaugh-Bonner, décédé en 1915 (p. 132), Joseph Mc Cabe (p. 141), Francisco Ferrer (p. 250). On aurait d’ailleurs apprécié une notice sur les plus importants d’entre eux, voire un index, pour approfondir leurs apports singuliers à cette grande histoire.

Il s’agit enfin d’une histoire érudite, enrichie de milliers de références aux participants des congrès successifs. Elle comprend un glossaire pertinent, une chronologie particulièrement nécessaire, et une riche bibliographie puisée en partie dans les fonds de la bibliothèque de l’IRELP.

Avec un peu d’humour on pourrait qualifier ce maître livre de « travail de bénédictin » s’il ne s’agissait pas de l’ouvrage d’un libre penseur et d’un pédagogue, appelé à « devenir la référence en la matière ».

Serge Bianchi


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345