LP75 : à lire ! Pétain 1917 – Pétain 1940… Quelle continuité ?

mercredi 19 décembre 2018
par  Lp 75
popularité : 5%

Pétain 1917 – Pétain 1940… Quelle continuité ? Les éditions de la libre Pensée

Vous pouvez par retour de mail librepensee75@gmail.com nous signaler si vous souhaitez commander un exemplaire à 18 euros. Notre fédération va organiser une commande groupée pour éviter à chacun les frais de port.

Nous pourrions les distribuer lors de notre banquet de la Tête de Veau.

Date limite d’inscription : 31 décembre 2018

Note de lecture : Voici le tome IV des actes des colloques de la Libre Pensée sur la guerre de 14-18. Il relate le colloque qui s’est tenu le 25 novembre 2017 à Saint Fons, dans la banlieue de Lyon. De Pétain, on a encore aujourd’hui qu’une image assez brouillée. Tout le monde ou presque pense que c’était le vainqueur de Verdun, qu’il s’est résolu à une manière « d’armistice » capitulatrice en 39 pour essayer de préserver ce qui pouvait l’être de la France vaincue, qu’il avait la collaboration mollassonne…, bref, que ce n’était qu’un vieillard irresponsable de tout et de son contraire. Ce livre taille ces images d’Épinal en pièces. André MORIN nous démontre que l’obscur colonel Pétain de 35 ans en 1914 n’est pas le vainqueur de Verdun. L’eût-il été qu’on s’en contrefoutrait. Mais tel n’était pas le cas. Par contre, c’était un malin qui lors des mutineries de 17 contribuera, gant de velours, à améliorer « l’ordinaire » les poilus, et, main de fer, à rétablir l’ordre via les fusillés pour l’exemple. Et puis depuis 1932, n’est-il-t-il pas mouillé (au cas où ça marcherait), comme futur chef militaire de la Cagoule, une ligue factieuse. Et puis n’a-t-il pas participé à la guerre du Rif, n’a-t-il pas été le premier ambassadeur français en Espagne après la Victoire de Franco, n’a-t-il pas pendant la collaboration poursuivi la logique infâme des fusillés pour l’exemple en faisant voter des lois avec application rétroactive, n’a-t-il pas massacré l’école laïque au profit des ensoutanés, n’a-t-il pas mis en œuvre la doctrine sociale de l’église dans le monde du travail, n’a-t-il pas orchestré la chasse aux Résistants, a-t-il pas ? Bref, Pétain était un fin politicard. Un parfait facho sachant tirer les ficelles de la mise en œuvre de sa vision les choses de la vie sans jamais vraiment se mettre en avant, au cas ou. Il confiait le sale boulot à d’autres en laissant entendre qu’il était au-dessus de la mêlée. A l’issue de son procès, il fut condamné à mort mais non exécuté eut égard à son grand âge. Les familles des jeunes résistants exécutés à 16 ans ont dû apprécier. Cela m’a toujours interpellé. Claude Singer nous éclaire à ce propos. En 1925 Pétain recrute le jeune De Gaulle dans son cabinet. Pétain a besoin d’un « nègre » pour rédiger « le soldat » qui lui permettra d’entrer à l’académie. De Gaulle est un écrivain. Les deux s’estiment tout est dit. On l’aura compris, ce livre est un coup de tonnerre dans le clair-obscur de l’historiographie officielle sur l’histoire de la guerre de 14-18 et de la suivante. Et seuls s’en étonneront ceux qui s’étonneront toujours de tout pour ne s’être jamais étonné d’eux même. Ni Dieu, ni maître ! Pas un homme, pas un sou, pas une heure de travail pour la guerre ! Jean-Marc Reynaud (Le Monde Libertaire N° 1800, novembre 2018).


Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois