Pour la Paix ! Maudite soit la guerre !

lundi 14 novembre 2016
par  lpOise
popularité : 1%

La Libre Pensée de l’Oise étant présente le 11 novembre à la manifestation nationale de Gentioux pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple, la manifestation annuelle de Creil a été décalée au dimanche 13 à 11h.

Le 13 novembre 2016 à Creil, comme chaque année depuis plus de dix ans, les pacifistes et leurs organisations ont dit : Non à la guerre, celle d’hier et celles d’aujourd’hui !

À l’issue de la manifestation, il a été décidé de mettre en place un comité d’organisation pour le rassemblement 2017 devant le monument de la Paix. Les associations, syndicats et citoyens intéressés peuvent s’adresser à la LP60 lp60fd@yahoo.fr

Le représentant de l’ALAMPAC a d’abord fait état des recherches en cours sur les monuments du Bassin Creillois, et, notamment ceux de Montataire.

Puis la parole a été donnée à la lecture de plusieurs messages :

Message du collectif de Beauvais « Ni Guerres Ni Etat de Guerre » 13/11/2016

La France était en guerre bien avant les attentats du 13 novembre 2015, lesquels ont largement servi de prétexte à intensifier les engagements militaires français. Les guerres de pillage pour le contrôle des ressources n’ont pas manqué depuis le début des années 2000, en Irak, en Afghanistan, en Libye, au Mali, en Centrafrique. Ces conflits doivent être désignés par leur nom : ce sont des guerres d’ingérence impérialiste. La France n’a aucun « rôle positif » dans ces interventions, malgré ses prétentions puisées à l’ancien répertoire colonial.

Les interventions militaires que mène l’État français sont très largement invisibles dans les médias. Le peu qui en est dit impose un consentement au nom d’une logique sécuritaire, avec ou sans habillage humanitaire ; le discours belliciste entend anesthésier et tétaniser la population. Pourtant, comment ne pas rappeler les désastres que sèment ces guerres, les millions de morts, de blessés et de déplacés, la misère, le désespoir jetant les populations sur les routes, tandis que s’enrichissent les profiteurs de guerre, les multinationales vendeuses d’armes – la France tenant en la matière le quatrième rang mondial. Ce sont aussi des dépenses colossales, qui détournent l’argent public de dépenses sociales, culturelles et écologiques vitales. De surcroît, l’État qui mène ces guerres, en pompier pyromane, nous entraîne dans une spirale infernale ayant pour effet de renforcer la haine qui débouchera sur d’autres attentats. Les « Rafale » tuent des civils aussi innocents que ceux du Bataclan.

Ces bombardements sont des bombes à retardement.

La guerre devient désormais un moyen de gouverner – et de gouverner par la peur. L’état de guerre proclamé justifie la privation croissante des libertés et des mesures directement inspirées de l’extrême droite comme la déchéance de nationalité. Cette situation, d’une extrême gravité, passe pourtant pour une évidence dans le discours politique dominant, comme s’il s’agissait de banaliser la guerre et de nous habituer à cet état martial et sécuritaire. Car l’état d’urgence vise à museler les colères et les luttes : cette guerre est aussi une guerre sociale.

Nous nous opposons aux guerres d’ingérence et de spoliation La lutte de notre collectif passe par le combat contre tous les racismes, et notamment le racisme antimusulman, contre les inégalités et les discriminations, le soutien aux migrants et aux sans-papiers, l’opposition aux mesures d’exception et au contrôle généralisé des populations qui ciblent en priorité les personnes musulmanes ou supposées telles, les quartiers populaires et les mouvements sociaux.

C’est pourquoi le Collectif « ni guerres ni état de guerre » :

  • • exige l’arrêt immédiat des interventions militaires françaises, le retrait des bases militaires, la fin des traités et alliances (OTAN…) ;
  • • dénonce le marché des ventes d’armes qui irrigue entre autres les pires dictatures ;
  • • combat la militarisation de la société, le quadrillage des territoires et des esprits par le complexe militaro-sécuritaire ;
  • • soutient le droit à l’autodétermination des peuples, apporte sa solidarité aux forces de résistance et d’émancipation.

Message de l’Union Pacifiste

Chers Amis, chers Camarades,

L’Union pacifiste, section française de l’Internationale des Résistants à la Guerre, s’associe à ce rassemblement. Tous les monuments aux morts devraient porter la mention "Plus jamais ça".

Nous rendons hommage aux mutins et à tous les réfractaires de tous les pays et de toutes les époques qui sont les pionniers d’un monde sans guerre. On devrait leur donner raison face à la folie des guerres.

Le centenaire de la Grande Guerre donne lieu à des commémorations cocardières, nationalistes et militaristes. Nous devons la commémorer de façon internationale et pacifiste. Rappelons-nous que lors des deux guerres de 14-18 et 39-45, l’ « Armée d’Afrique » comptait 290.000 hommes issus des colonies françaises (Algérie, Sénégal, Mali, Maroc…) qui ont versé leur sang pour la libération de la France et, pour une majorité d’entre eux, ont ensuite versé leur sueur pour la reconstruire dans les décombres de l’après-guerre.

Nombre de sans-papiers vivant aujourd’hui en France sont les fils et petits-fils de ces combattants et de ces travailleurs de l’ombre. Au nom de la mémoire et du sacrifice de ces hommes que la France, par besoin vital à l’époque, recrutait par dizaines de milliers, il ne serait que justice de régulariser tous ces sans-papiers stigmatisés et surexploités, qui ont un droit légitime à vivre de plein droit en France dans le sillage de leurs « glorieux » ancêtres.

Le 11 novembre n’est pas une commémoration militaire. La véritable commémoration doit être pacifique. Ce doit être la commémoration de la peine, du recueillement devant ces massacres. C’est pourquoi nous sommes ici. C’est d’ailleurs le choix qui a été fait pour certains monuments aux morts. Ce fut le cas à Gentioux, monument jamais inauguré ! Où je me suis rendu avec d’autres le 11 novembre. Ce fut le cas à Creil inauguré le 17 octobre 1926 par le maire Jules Uhry Il ne glorifie pas la mort au combat. Aucune représentation guerrière sur ce monument mais des symboles de paix (la gerbe de blé, les fleurs l’enclume, le marteau autour de la femme debout lui donnent un caractère résolument pacifiste. Aux critiques du sous-préfet de Senlis qui demandait une révision du projet, le maire de Creil répondit que la meilleure façon d’honorer les morts, c’était de rappeler qu’ils sont morts pour crier la paix dans le monde.

L’Union pacifiste se réjouit d’ailleurs que, à l’initiative de la Libre Pensée, le procès des généraux fusilleurs et assassins se soit organisé en décembre 2014 à Soissons, dans l’Aisne sur les lieux mêmes des tranchées du front.

Elle se réjouit d’avoir participé à Saint Nazaire en novembre 2015 au colloque 1914-1918 sur le thème : Déserteurs, mutins, pacifistes, antimilitaristes de tous les pays : unissez-vous ! Elle se réjouit enfin du colloque qui aura lieu à Toulouse ce mois de novembre 2016 La guerre contre les nations, la guerre entre les nations En mai 2017, L’Union Pacifiste sera à Roucy dans l’Aisne pour rendre hommage aux Fusillés pour l’exemple et aux Mutins de 1917. Soyez avec nous pour dire Non à la Guerre ! Maudite soit la Guerre !

Évidemment, la réhabilitation judiciaire "au cas par cas" n’est plus envisageable cent ans après. Luttons donc pour cette réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple que nos associations réclament depuis bientôt un siècle.

11 soldats fusillés de l’Oise ont été identifiés ainsi que deux civils que je considère aussi comme fusillés pour l’exemple car l’étude de leur dossier ne permet vraiment pas de conclure à des actes de trahison ou d’espionnage

Tout d’abord les deux soldats fusillés en 1916 :

- Albert CROIZE Né à Canny/Thérain, domestique. Mort par la France

Il a été traduit devant un conseil de guerre le 1er mars 1916 et condamné à mort pour "abandon de poste en présence de l’ennemi, désertion à l’intérieur en temps de guerre, port illégal d’insignes et de grades".

Il a été fusillé le 3 mars 1916 à 8h du matin à l’âge de 26 ans à Chaudefontaine (Marne).

Il a été inhumé à la nécropole nationale de Sainte-Menehould tombe 2666 Son nom ne figure pas sur le monument aux morts de Canny/Thérain.

- Émile LEDOUX Né le 19/03/1894 à Compiègne. Couvreur. Mort par la France.

Il a été déféré le 18/06/1916 devant le conseil de guerre de la 152e D.I. et condamné à mort comme coupable d’abandon de poste en présence de l’ennemi. Recours en révision rejeté le 26/06/1916.

Il a été fusillé le 26 juin 1916 à l’âge de 22 ans à Saint-Hilaire-au-Temple (Marne)

Il a été inhumé à la Nécropole nationale de Suippes, tombe 712 Son nom ne figure pas sur le monument aux morts de Compiègne.

Puis les autres :

- Ernest François MACKEN de Liancourt, Mort par la France

- Eugène Marie Ange BOULEAU de Hermes . Mort par la France.

- Florimond CARPENTIER de Héricourt/Thérain, Mort par la France

- Victor SCHMITT, de Chiry-Ourscamp, Mort par la France

- Georges HEIDERSCHEID de Breteuil, Mort par la France

- Ildevert Daniel DOMBRECHT de La Neuville Roy, Mort par la France

- Fernand PELLETON de Hénonville , Mort par la France.
- Maurice VALLUET de Mont-L ‘Evêque, Mort par la France

- Edmond JESUS de Crépy en Valois, Mort par la France

et 2 civils fusillés dans l’Oise sont classés par le Service Historique de la Défense parmi les fusillés pour « actes de droit commun, trahison, espionnage, mais que je les considère fusillés pour l’exemple :

- Stanislas DOBROWOLSKY domestique agricole autrichien depuis 1913 à Nanteuil le Haudouin. Mort par la France.
- Désiré DOSSANCOURT. Plombier gazier domicilié à Creil. Mort par la France.

Pour terminer, encore un mot sur les nombreuses commémorations en 2016 des batailles de la première guerre mondiale, hier Verdun, aujourd’hui la bataille de la Somme.

A l’occasion de la cérémonie du centenaire de la bataille de Verdun, Todeschini , secrétaire d’État aux anciens combattants, a déjà exalté l’esprit patriotard. Lors des cérémonies pour la bataille de la Somme, Jean-Marc Todeschini, a une fois de plus illustré l’état de guerre que le pouvoir a installé dans notre pays.

Même celles et ceux qui n’ont ni l’antimilitarisme ni le pacifisme chevillés au corps reconnaissent désormais que les 18,6 millions de morts et les 21 millions de blessés sont tombés ou furent mutilés non pas pour défendre leur patrie, mais pour les intérêts des trusts et des konzern. Mais le ministre Todeschini d’un parti qui se réclame de Jaurès pense autrement !

Dans une interview du Monde du 29 mai, à la question du journaliste : « Aujourd’hui, la France est en guerre. Cela ne brouille-t-il pas la lisibilité du message de paix des commémorations de Verdun ? », Todeschini répond sans hésitation :

« Les deux ne sont pas incompatibles. Nos soldats engagés dans les opérations militaires en Syrie, en Irak et au Mali défendent les mêmes valeurs que les poilus de Verdun, celles de la France. Après les attentats du 13 novembre 2015, de nombreux jeunes ont présenté leur candidature pour s’engager dans l’armée. Ils s’engagent pour défendre les valeurs de la France et de l’Europe et non avec un sentiment de haine et de revanche envers ceux qui ont perpétré ces attentats. Si la France intervient aujourd’hui au Mali, en Syrie et Irak, c’est aussi pour protéger l’Europe. »

L’esprit patriotard de 1914 se drape désormais des couleurs de l’Europe, mais c’est toujours pour semer la mort au profit des intérêts de l’impérialisme.

A Fricourt, c’est la censure que Todeschini a imposée. Les organisateurs locaux de la cérémonie avaient prévu de faire jouer la fameuse Chanson de Craonne (Craonne est un village de l’Aisne, complétement détruit lors de la guerre). Cette chanson, qui appelle à la mutinerie, et qui fut d’ailleurs entonnée par les mutins de 17, fut évidemment censurée par les commandements de l’époque, au premier chef par Pétain, l’assassin des mutins.

Eh bien, à Fricourt, Todeschini a interdit que la Chanson de Craonne fût chantée !

Pour rendre hommage « aux trouffions qui se sont mis en grève », nous terminerons ce rassemblement, comme cela a été fait avant-hier à Gentioux dans la Creuse avec les paroles de la Chanson interdite. "La guerre est un crime contre l’humanité. Pour cette raison, nous sommes résolus à n’aider aucune espèce de guerre et à lutter pour l’abolition de toutes ses causes".

Union pacifiste de France - Section française de l’Internationale des Résistants à la Guerre. Creil, le 13 novembre 2016. Union pacifiste de France BP 40 196, 75624 Paris Cedex 13 Tél. : 01 45 86 08 75 union.pacifiste@orange.fr www.unionpacifiste.org www.wri-irg.org

Puis furent lues les déclarations de la Libre Pensée et l’Appel à la République (cr PJ)


Documents joints

LP dicours lu
LP dicours lu
APPEL À LA RÉPUBLIQUE
APPEL À LA RÉPUBLIQUE

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois