Rassemblement commémoratif de la fusillade du Brûlé

Allocution de Ghislaine Jarrige du Groupe Noël Pointe
mercredi 17 juin 2015
par  lpLoire
popularité : 10%

Ce rassemblement du 16 juin autour du monument du Brûlé est hautement symbolique.

Pourquoi ?

D’abord parce que c’est un hommage à la lutte héroïque de la classe ouvrière. Par ses sacrifices, avec le prix élevé que lui a fait payer la classe dominante par la répression militaro-policière ou par les guerres impérialistes dont elle a été la première victime, es travailleurs ont pu arracher des conquêtes sociales considérables, qui, aujourd’hui, comme on sait, sont attaquées de toutes parts par les gouvernements successifs.

Rassemblement symbolique ensuite parce que ce combat d’au moins un siècle et demi - et même un peu plus car la grande grève des canuts à Lyon, qui fut en quelque sorte la matrice de toutes les luttes de classe à venir, eut lieu en 1832 – ce combat n’est pas terminé, même si, évidemment, les conditions en ont changé.

Notre rassemblement se veut symbolique aussi de cette alliance qui s’est nouée en France dès le départ entre la bataille pour la démocratie et la lutte des travailleurs, sur leurs propres objectifs. C’est ainsi que la Libre Pensée - dont nous nous efforçons de faire flotter les drapeaux aussi souvent que possible, à la fois au propre et au figuré, par l’affirmation de ses idées -, la Libre Pensée est fière de sa double origine, car elle procède du mouvement démocratique et de la lutte de classe. Elle a pris son essor dans la grande période des révolutions européennes de 1848, qui combinèrent le mouvement vers la démocratie politique et un puissant mouvement social pour l’émancipation ouvrière

Un an après la fusillade du Brûlé, éclatait la guerre de 1870, guerre perdue d’avance par le fusilleur du Brûlé, l’empereur belliciste Napoléon III, si justement appelé « Napoléon le Petit » par Victor Hugo. C’est alors que se produisit, comme fruit de sa défaite, la chute du second Empire le 4 septembre où fut proclamée une République incertaine. Quelques mois plus tard, en mars 1871, se mettait en place la Commune de Paris, le premier gouvernement ouvrier que le monde ait connu. La Commune devait connaître des extensions plus ou moins importantes dans différentes villes de France. Ce fut le cas, on le sait, notamment à Saint-Etienne, lors d’un bref épisode. Nous avons eu l’occasion d’en parler dans le cadre d’une réunion du groupe Noël Pointe avec un historien stéphanois.

Notre Rassemblement est donc aussi un hommage à ceux qui, comme Marx l’écrivit à propos des communards, « montèrent à l’assaut du ciel ».Nous rendons hommage à ce peuple insurgé, à tous ceux qui, intellectuels comme Courbet, Vallès, Lefrançais, bâtirent la Commune de Paris, ouvriers comme Varlin et bien d’autres, toutes tendances de pensée rassemblées vers un but commun : l’émancipation du peuple de toutes les servitudes, politiques, économiques et idéologiques. C’est la Commune de Paris, nous ne l’oublions pas, qui proclama - pour la seconde fois dans l’Histoire française - la première fois datant de 1794 - la séparation des Églises et de l’État. On sait que Bonaparte premier consul substitua à la séparation un régime dit concordataire où les ministres des cultes reconnus sont payés par l’État comme des fonctionnaires de catégories supérieures et où l’enseignement des religions est assuré par le système scolaire public. C’est le Concordat tel qu’il existe dans les 3 départements d’Alsace-Moselle aujourd’hui et dont l’Église romaine rêve l’extension à l’échelle de toute la France. Libres penseurs, combattants de la laïcité, nous réaffirmons notre attachement à la Séparation des Églises et de l’État. Nous disons bien LES Églises, donc les religions, toutes les religions. Et cette séparation entre l’État et les religions vaut pour toutes, quelle qu’elles soient. Elle signifie non-ingérence des religions dans les affaires publiques ; elle signifie que la recherche scientifique doit être totalement libre alors que les lobbys religieux se permettent de s’immiscent en ces domaines en permanence pour s’opposer par exemple à la recherche sur les cellules embryonnaires.

La séparation veut dire aussi – il ne faut pas l’oublier - non-ingérence de l’État dans la manière dont les religions s’organisent ; de quel droit l’État régenterait-il la religion musulmane par exemple ? De quel droit prendrait-il en charge la formation des imams ? Est-ce le rôle de l’État d’assurer la formation des curés, des pasteurs, des rabbins ? Non, bien évidemment.

La séparation signifie que la sphère privée est séparée de la sphère publique ; par exemple dans la sphère privée chaque être humain doit être libre de choisir sa mort, de pouvoir mourir dans la dignité, et à ce point de vue la « sédation » préconisée par la loi Leonetti est pour la libre pensée une échappatoire totalement indigne. La séparation des Églises et de l’État signifie qu’aucune religion n’a le droit d’imposer sa conception des choses à la société civile en matière de choix de vie sexuelle. La laïcité ne dicte rien : elle garantit à tout le monde le droit d’organiser sa vie comme il l’entend.

Et la séparation implique qu’on mette un terme au financement des écoles confessionnelles par l’argent public. Le respect de la laïcité exige donc que soit abrogée la loi Debré qui a institué ce financement au bénéfice essentiellement de l’Église catholique. Cette Église dispose, comme on sait, d’un fort réseau d’établissements en concurrence directe avec les établissements publics, qui sont, eux, financièrement étranglés. Ces milliards d’euros attribués chaque année par l’État et les collectivités publiques l’école publique en a le plus grand besoin.

C’est pourquoi la Libre Pensée organise le 5 décembre 2015 à Paris une manifestation de la République à la Bastille pour l’abrogation de cette loi anti-laïque. Je vous invite à y participer, à vous inscrire dans les cars qui vont partir de Saint-Etienne pour y monter. Je vous invite à soutenir ce combat.

Honneur aux victimes du Brûlé ! Honneur aux luttes sociales ! Honneur à la démocratie ! Vive la laïcité ! Vive la séparation des Églises et de l’État, modèle social universel ! A bas tous les obscurantismes religieux !


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois