fusillés pour l’exemple - Gaillon- 11 novembre 2014- ou comment monsieur le maire s’improvise censeur.

dimanche 30 novembre 2014
popularité : 60%

Compte rendu de la Libre Pensée

Tout avait été préparé en amont. Des courriels avaient été échangés avec monsieur le maire et, chose inouïe, nous lui avions faire parvenir le discours que nous voulions tenir.

Après la cérémonie officielle, la Ligue des Droits de l’Homme puis la Libre Pensée devaient successivement prendre le micro au sujet des fusillés pour l’exemple.

Rien de révolutionnaire dans nos propos, nous avions fait de même à Alizay en 2011 et à Breteuil-sur-Iton en 2012.

Bref, un plan sans accroc...

Nous commençons à nous rassembler près du monument aux morts. Monsieur le maire arrive très en colère, en nous tenant ce langage, décibels à l’appui, devant témoins : "Trahison !"

"Je ne peux pas vous laisser intervenir, sauf si vous enlevez ce paragraphe (En gras dans le discours ci-dessous)."

"Je ne vous laisserai pas parler, je m’y opposerai physiquement s’il le faut."

Etc...

Nous avons tenu bon.

Monsieur le maire s’en est allé accueillir les officiels.

Le maître de cérémonie, policier municipal, est venu nous voir en nous disant que nous pourrions prendre la parole après la cérémonie officielle.

Nous avons déroulé notre banderole. La Ligue des Droits de l’Homme a hissé ses drapeaux.

Monsieur le maire, en présence notamment de monsieur Loncle, député de l’Eure et de monsieur Recher, conseiller général de l’Eure, a lu le discours de monsieur Arif. Il a ajouté quelques mots personnels, cité ses projets et a mentionné notre présence en précisant qu’il était d’accord avec 90 % de notre discours mais pas le reste...

Alors qu’il venait de dire que la Ligue des Droits de l’Homme pourrait prendre la parole, il a invité les officiels à venir boire le verre de l’amitié dans une salle pendant que nous parlerions dehors et a coupé le micro pour tous (LDH et LP) dans la foulée

Les officiels sont donc partis boire...

La Ligue des Droits de L’Homme est restée avec nous, solidaire et atterrée.

Alors, notre camarade Michel Joly a lu son discours devant une quarantaine de concitoyens et tous les militants de la LDH et de la LP (soit au total autant que les officiels et leurs invités). Heureusement, Michel Joly, président de la LP 27, a une voix de stentor...

Une journaliste était venue écouter ce que nous avions à dire...ce fut exhaustif...

Est-il utile de préciser qu’un maire n’a pas à censurer des propos tant qu’ils ne troublent pas l’ordre public ?

Est-il utile de rappeler qu’un élu se doit d’être démocrate et donc d’être capable d’écouter une opinion différente de la sienne ?

Est-il utile de rappeler qu’un élu doit se dispenser de hurler sur ses concitoyens ?

Est-il utile de rappeler que la menace physique n’est pas admissible en démocratie et surtout pas de la part d’un élu ?

Est-il utile de rappeler que le conseil général de l’Eure a adopté une motion, à l’unanimité, pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple ?

Et, enfin, la Libre Pensée et la Ligue des Droits de l’Homme sont des associations loi 1901 reconnues d’utilité publique. Elles ont donc toute légitimité pour s’exprimer lors des cérémonies officielles.

Liberté - Egalité - Fraternité et Laïcité.

Emmanuel Prébost

Secrétaire adjoint

Compte-rendu de la LDH

"...notre section LDH se retrouvait ce matin à Gaillon pour participer en partenariat avec la Libre Pensée de l’Eure à la cérémonie d’hommage aux fusillés pour l’exemple, et pour réitérer la demande de réhabilitation.

Des sections LDH voisines (Elbeuf, Gisors) étaient également représentées. La L.P. était aussi confortablement représentée.

Un incident a marqué cette rencontre, pourtant prévue en accord avec la municipalité de Gaillon.

La Libre Pensée, ainsi que la LDH, devaient s’exprimer publiquement sur le dossier précis de la demande de réhabilitation, en conclusion à la cérémonie proprement dite de commémoration du 11 novembre. Le maire (PS) de Gaillon, Mr. Le Dilavrec, a cependant précisé, en ouvrant la cérémonie, qu’ayant reçu une version préalable du texte de l’intervention LP, il en désapprouvait un passage faisant brièvement allusion au reniement par François Hollande de ses engagements précédents en faveur des fusillés. En conséquence, il entendait priver la Libre Pensée de son droit de parole, laissant par contre la LDH s’exprimer (dans la mesure où nous venions de lui confirmer que le texte préparé par notre D.R. Aymeric Oger, était sans connotation politicienne).

A l’issue de la cérémonie officielle, il a invité le public à participer au vin d’honneur offert par la municipalité, ne donnant la parole à aucune des deux associations. En réponse à la question légitime de notre D.R., il a précisé que la LDH pourrait prendre la parole en marge du vin d’honneur, dans une annexe de la mairie.

Après rapide consultation, nous avons décidé de renoncer à notre intervention dans de telles conditions, et par solidarité avec notre partenaire.

La Libre Pensée a néanmoins lu son texte (sans sonorisation) à l’intention du public restreint resté sur les lieux, et devant une journaliste de Paris-Normandie qui a ensuite recueilli l’avis des protagonistes (LP et LDH) sur cet étrange déroulement de la rencontre.

Notre délégué régional devrait prochainement établir un courrier destiné au maire, explicitant notre position.

Je vous tiendrai informé des suites, selon les diverses déclarations qui pourraient être diffusées.

Cordialement."

Bernard Parisot

Discours de la LP 27 pour le 11 novembre 2014 à Gaillon

« Amis, citoyens, camarades, Je vous apporte le salut fraternel de la Fédération de l’Eure de la Libre Pensée.

639…639 soldats ont été fusillés pour l’exemple durant cet atroce massacre que fut la 1ère Guerre mondiale

Dès août 14, se révèle la folie de la stratégie folle de l’Etat-Major et de Joffre, partisans de l’offensive à outrance, s’affranchissant du contrôle démocratique et n’opposant aux mitrailleuses et à l’artillerie lourde allemande…la bravoure.

La bravoure… ? Pas la leur, bien sûr, eux qui étaient logés dans un palace à Chantilly, mais celle de ces millions d’hommes, hier ouvriers, paysans, plongés dans la boue des tranchées, jetés dans des offensives stériles et inutiles, victimes des orages d’acier qui ont transformé les paysages en une apocalypse lunaire… 1 milliard d’obus !!!

« Je les grignote » disait Joffre pour justifier son acharnement et son incompétence…Plus d’un demi-million de morts la 1ère année…pour rien !

Cet échec militaire, il fallait le faire payer ! Il faut vite mettre en place des Conseils de guerre spéciaux, parodie de justice, pour terroriser les soldats et les contraindre à obéir aux ordres déments des généraux. Il faut faire des exemples. Et les exécutions se passent devant les troupes rassemblées que l’on fait défiler ensuite devant les cadavres.

Deux soldats qui figurent sur ce monument aux morts de Gaillon, René Dubois (à 21 ans) et Emile Fromont (à 19 ans) et avec eux, 400 poilus sont fusillés pour l’exemple la 1ère année.

Même si ces conseils de guerre spéciaux seront dissous en avril 1916, on fusillera encore, et notamment après les mutineries consécutives à l’échec sanglant du Chemin des Dames.

Des hommes confrontés à ce que les historiens ont nommé « la brutalisation de la guerre », contraints de devenir des tueurs d’autres hommes, noyés dans un massacre que l’humanité n’avait jamais pu imaginer, des hommes condamnés « pour abandon de poste, désertion », alors qu’ils n’en pouvaient plus, complètement assommés par le déluge de feu et même lorsqu’ils avaient montré un incroyable courage.

Comme le sous-lieutenant Chapelant, capturé par les Allemands, qui réussit à s’échapper grièvement blessé et cependant condamné à mort pour capitulation en rase campagne, et fusillé, attaché à un brancard dressé contre un pommier.

Comme le caporal Henri Floch de Breteuil, devant reculer devant l’assaut allemand, puis réussissant à reconquérir la tranchée. Et pourtant fusillé !

La persévérance des familles a permis qu’Henry Floch, comme ses camarades, les martyrs de Vingré, a pu être réhabilité après la guerre. Et Chapelan…en 2012. Mais sur les 639 fusillés pour l’exemple, seuls une cinquantaine ont été réhabilités.

La Libre Pensée de l’Eure avec l’aide d’amis, a entrepris des recherches pour comprendre pourquoi les noms de René Dubois et d’Emile Fromont figurent sur le monument aux morts de Gaillon alors qu’ils n’ont pas été réhabilités. S’agit-il de l’aboutissement des actions de leur famille, de la population et du conseil municipal qui auraient permis leur réhabilitation de fait ?

Les veuves, les orphelins, que l’on a flétris et couverts de honte, n’ont pas toujours pu mener le combat pour rendre justice à leur mari, à leur père.

Tous, collectivement, doivent être réhabilités aujourd’hui !

C’est depuis des décennies le combat, de la Libre Pensée qui organise cette année, plus de 130 rassemblements pour qu’enfin, la République rende justice et honneur à ces hommes tombés sous des balles françaises.

Aujourd’hui, personne ne peut évoquer le centenaire de cette affreuse boucherie sans mentionner les fusillés pour l’exemple.

En 1998, le Premier ministre Lionel Jospin, au Chemin des Dames avait souhaité cette réhabilitation. 3 Conseils régionaux, 30 Conseils généraux, dont celui de l’Eure, de nombreuses municipalités ont exigé cette réhabilitation collective.

Et bien sûr, nous l’espérons, celle de Gaillon lors d’une prochaine séance du Conseil municipal…

(voilà le passage qui fâche)

Parmi ces conseils généraux, il y a celui de la Corrèze, qui a émis ce voeu à l’unanimité, avec son président en 2009, François Hollande. François Hollande,… lui président de la République allait-il être fidèle à son vote corrézien ? Lui président de la République allait-il enfin rendre justice et honneur à René Dubois et Emile Fromont, à ces 639 fusillés ? Non, il s’est renié ! Il s’est renié, il s’est aplati sous la pression du lobby militariste.

Car, à nouveau, nous sommes en guerre, à nouveau, l’armée française intervient loin de la France. Combien de guerres coloniales, combien d’interventions depuis l’Indochine, l’Algérie, l’Afghanistan, tous ces dictateurs que nous avons sauvés des révoltes de leurs peuples…Et aujourd’hui le Mali, la Centrafrique, le Moyen Orient…Toujours dans le bon droit, la civilisation, contre la barbarie…, la barbarie boche il y a 100 ans.

Aujourd’hui, dans notre pays déchiré par le chômage, les acquis sociaux sont menacés et la misère augmente.

Aujourd’hui, les dépenses d’armement dans le monde s’élèvent à 3,5 milliards de dollars…par jour ! Elles ont augmenté de 50% de 2001 à 2010. Elles représentent presque 3 fois ce qui permettrait de supprimer maladies infectieuses, insalubrité, analphabétisme, misère, dans le monde.

La Libre Pensée, fidèle depuis 1848 à sa lutte pour la laïcité et pour l’émancipation humaine, continuera ce combat pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple.

La Libre Pensée a décidé d’instruire, le mois prochain, sur les lieux même des tranchées de l’Aisne, le procès des généraux fusilleurs et assassins.

Nous avons lancé une souscription pour que soit érigé sur le front, un monument à la mémoire des 639 fusillés pour l’exemple, comme il en existe un pour les Martyrs de Vingré.

Défendre le droit à la désobéissance, le droit à l’insoumission, c’est défendre la liberté de pensée, le 1er des Droits de l’Homme.

Vive la République indivisible, laïque, démocratique et sociale !

Je vous remercie. »

Michel Joly

Président



Documents joints

photos
photos
Paris Normandie 12 nov 2014
Paris Normandie 12 nov 2014
l'impartial 13 nov 2014
l'impartial 13 nov 2014
impartial 27 nov 2014
impartial 27 nov 2014
communiqué de la LDH

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois