REHABILITATION DES FUSILLES POUR L ’EXEMPLE !

Fusillés pour l’exemple : la Ligue des Droits de l’Homme et la Libre Pensée exigent leur réhabilitation collective !
samedi 9 novembre 2013
par  Emmanuel Prebost
popularité : 1%

conférence de presse à Evreux le cinq novembre 2013

A quelques mois du centième anniversaire du déclenchement de la première guerre mondiale, la Ligue des droits de l’Homme et la Libre Pensée exigent Justice du Président de la République par la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple.

La première guerre mondiale a causé la mort de 1 million 397 mille soldats français, 668 ont été fusillés pour l’exemple dont seulement 43 ont été réhabilités comme le Caporal Henri Floch de Breteuil-sur-Iton.

Des soldats (civils mobilisés) épuisés ; méprisés, choqués, traumatisés, enivrés (le vin fait partie de la ration quotidienne) ont été envoyés au front, c’est à dire au casse-pipe dans des attaques vouées à l’échec ; un jour ils ont craqué et ils ont refusé d’être de la chair à canon.

Alors on les a exécutés après un jugement expéditif ; ils ont été fusillés pour que leurs camarades obéissent aux ordres, dans le respect de la politique militaire, en renonçant à remettre en question l’absurdité d’une politique militaire, d’une guerre voulue par les puissances impériales.

Un nombre infime a commis des délits ou crime de droit commun. Les règles de droit les plus élémentaires pour les juger n’ayant pas été respectées, la Ligue des droits de l’Homme et la Libre Pensée exigent leur réhabilitation.

Il ne saurait être question de faire du cas par cas, des dossiers sont incomplets et 15 à 20 % des archives ont disparu.

Grâce au travail de recherches de Frédéric Mathieu auteur du récent livre : « 14-18, les fusillés », la Ligue des droits de L’Homme et la Libre Pensée ont relevé les noms de 10 fusillés pour l’exemple ayant un rapport avec le département de l’Eure.

Il s’agit de :

Armand Désiré Gontier né à Évreux, fusillé le 20 décembre 1916 pour abandon de poste et désertion en présence de l’ennemi. Il avait 34 ans. Son nom figure pourtant sur la plaque commémorative située dans cette mairie ;

Joseph Louis Houlley, né à Évreux, soldat pas très discipliné, a quitté son cantonnement sans autorisation le 06 septembre 1915. Il est fusillé le 14 septembre 1915 pour abandon de poste en présence de l’ennemi. Il avait 27 ans, pour lui, pas d’inscription sur la plaque commémorative !

Gustave Marie , fusillés le 24 août 1915 pour abandon de poste en présence de l’ennemi, son acte de décès a été transcrit à la mairie de Saint-Pierre-du-Vauvray ;

René Dubois, fusillé le 17 avril 1915 pour abandon de poste en présence de l’ennemi. Son nom figure sur le monument aux morts de Gaillon ;

Emile Frémont, fusillé à l’âge de 19 ans le 2 août 1915. Son nom figure sur le monument aux morts de Gaillon ;

Léon Robert exerçant la profession de boucher à Brionne ; il est marié et père d’un enfant. Condamné à mort pour refus d’obéissance en présence de l’ennemi, il est fusillé le 20 mai 1916. Son nom figure le monument aux morts de sa commune de naissance ( Croissanville Calvados ) ;

Louis Moreau de Damville est fusillé le 14 mars 1917 pour abandon de poste et désertion en présence de l’ennemi. Son nom figure sur le monument aux morts du Havre ;

Gaston Morin né au Chamblac le 4 juillet 1892 est condamné à mort pour homicide volontaire avec préméditation ; il est fusillé le 5 décembre 1916 à l’âge de 24 ans ;

Gaston Brida né à Valailles le 4 juillet 1893, garçon boulanger à Saint Clair d’Arcey il est condamné à mort pour abandon de poste par mutilation volontaire. Il est fusillé le 11 décembre 1914 à l’âge de 21 ans. Son nom figure sur le monument aux morts de Saint Clair d’Arcey ;

Henri Floch né le 31 juillet 1881 à Breteuil sur Iton où il exerce la profession de greffier. Il est condamné à mort avec 5 de ses camarades pour abandon de poste en présence de l’ennemi. Il est fusillé le 4 décembre 1914.

Avec l’aide de la Ligue des droits de l’Homme un recours est exercé. La Cour de cassation réhabilite les « Martyrs de Vingré » (dont le Caporal Henri Floch) le 29 janvier 1921. Mais l’ensemble de la chaîne militaire à l’origine de leur mise à mort, du général Villeret au commandant Guignot, ne sera jamais inquiétée…

Il est utile de souligner que sur les 10 fusillés présentés ci-dessus, 7 ont leur nom gravé sur les monuments aux morts et les plaques commémoratives. Pour les municipalités qui ont pris la décision d’inscrire leur nom avec ceux de leurs camarades ayant partagé les mêmes atrocités, ceci ne témoigne-t-il pas d’une amnistie de fait, sensée et humaine prenant en compte le poids de la misère et du deuil des familles ?

Déjà 23 Conseils généraux ont voté une résolution pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple, dont celui de l’Eure en 2012 et 3 Conseils régionaux ont fait de même.

Monsieur François Hollande en tant que président du Conseil général de la Corrèze, s’était alors prononcé favorablement pour la réhabilitation.

La France pays des Lumières et des droits de l’Homme traîne les pieds. En Angleterre, il y a eu 306 fusillés, tous ont été réhabilités par une loi en 2006. Un mémorial a même été construit. Jusqu’à ce jour, les gouvernements de la France ont été, pour le moins, plus généreux et attentionnés à l’égard des officiers supérieurs.

Par exemple, la réhabilitation n’a pas trainé pour les généraux à l’origine du putsch d’Alger en 1961, dont certains organisateurs d’attentats de l’OAS avaient été condamnés à mort, aucune exécution heureusement n’a eu lieu et ils ont été amnistiés entre 1966 et 1968.

Plus tard, les autres généraux encore vivants seront réintégrés dans la réserve par une loi d’amnistie votée en 1982.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Assez d’injustice !

Monsieur François Hollande, Président socialiste de la République Française faites Justice, réhabilitez collectivement les fusillés pour l’exemple de 14-18 !

Contrairement à ce que nous aurions pu attendre du Président de la République lors de son discours du 7 novembre dernier, la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple n’a pas été annoncée.

La Libre Pensée continue donc le combat avec, en particulier, la Ligue des Droits de l’Homme afin d’obtenir Justice pour ces fusillés pour l’exemple.

Ils le feront avec d’autant plus d’ardeur qu’un très récent sondage de l’IFOP publié dans le journal l’Humanité indique clairement que les français sont favorables à cette réhabilitation.

« 75% des français sont favorables à la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple.

Sympathisants Front de Gauche : 79%

Sympathisants du PS : 87%

Sympathisants UMP : 75%

Sympathisants FN : 71% »



Documents joints

éveil normand 06 11 2013
éveil normand 06 11 2013
la dépêche 08 11 2013
la dépêche 08 11 2013
paris normandie 08 11 2013
paris normandie 08 11 2013
voeu du conseil général 27
voeu du conseil général 27

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois