Rassemblement national contre le Concordat : tous à Strasbourg le samedi 4 mai 2013

dimanche 31 mars 2013
par  lpOise
popularité : 2%

La République est une et indivisible

La fédération de la Libre Pensée de l’Oise réfléchit à un déplacement collectif pour le rassemblement national du 4 mai à Strasbourg : plusieurs possibilités sont envisagées. Se renseigner auprès du lp60fd@yahoo.fr

Entre la loi de 1905 et le Concordat, il faut choisir !!

Le 4 mai 2013 à 14h00, Place Broglie à Strasbourg

La Fédération Nationale de la Libre Pensée vous appelle à vous rassembler pour l’abrogation du Concordat

En ce début de 21ème siècle, il y a les deux côtés d’une ligne.

D’un côté, il y a ceux qui revendiquent le maintien du statut cultuel d’exception d’Alsace Moselle, contre les principes inclus dans la loi de 1905, et notamment son titre premier qui stipule que « La république garantit la liberté de conscience » et « ne rémunère, ne salarie, ne subventionne aucun culte ». Leur modèle est le Concordat : des ministres du culte payés avec l’argent de tous, des exonérations fiscales comme personne d’autre ne peut en bénéficier, un accès sans limite aux fonds des communes par l’obligation qui leur est faite de combler les déficits des associations religieuses…

Pour eux, l’Acte III de la décentralisation et les expérimentations qu’il permet sont une aubaine pour sortir des contraintes imposées par la République une et indivisible et ouvrir la voie à toutes les exceptions, qui en l’occurrence, seraient tellement nombreuses, qu’il en serait fini de la règle commune au lieu de la renforcer. C’est ainsi que l’on voit poindre de nouvelles relations établies entre les cultes et les autorités publiques, instaurant de véritables territoires concordataires dans certaines communes (Argenteuil, etc). C’est ainsi qu’il y a un projet d’instaurer un Conseil d’Alsace, issu de la fusion des trois collectivités territoriales (Région et départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin) ayant le pouvoir d’adapter localement la norme ….. Au bout , la fin de l’égalité républicaine et les détournements massifs de fonds publics vers les religions qui n’hésitent plus à battre le pavé pour tenter d’imposer leurs vues à l’ensemble de la société.

De l’autre côté, il y a ceux qui défendent l’égalité des citoyens, des services publics neutres parce que conformes à la loi républicaine du 9 décembre 1905 séparant églises et état, garantissant la liberté de conscience qui est la liberté de croire ou de ne pas croire. Ils demandent que l’Etat reste neutre en matière religieuse, c’est à dire non partisan, exigeant notamment la fin du financement public des activités religieuses, que les fonds publics soient exclusivement réservés à l’école publique et que soit mis fin au financement des écoles confessionnelles par l’abrogation des lois anti laïques ( loi Debré…).

La dernière campagne présidentielle, et particulièrement la proposition 46 du candidat Hollande, a vu les partisans du Concordat marquer des points notamment en réussissant à faire porter la « constitutionnalisation » du statut d’exception cultuel d’Alsace Moselle au plus haut niveau des autorités de la République, perpétuant ainsi le système des cultes reconnus et de ceux qui espèrent le devenir.

Il y aurait selon eux en notre République française, la place pour la loi de 1905 et le Concordat, qui seraient l’un et l’autre, des « pratiques différentes de la laïcité », permettant ainsi de financer généreusement les cultes, leurs ministres, leurs activités, leurs locaux.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée rappelle que la loi de 1905 a rompu le Concordat de 1801. Ses principes sont en tous points opposés au droit des cultes alsacien mosellan. Elle ne peut donc être réduite à "une certaine pratique". Il ne peut y avoir deux logiques contraires qui s’appliquent au sein de la République.  La loi de 1905 doit être la norme unique qui doit s’imposer à tout le territoire de la République, y compris en Alsace Moselle.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée le dit haut et fort :

Entre la loi de 1905 et le Concordat, il faut choisir !!

Participez au Rassemblement laïque Le 4 mai 2013 à 14h00, Place Broglie à Strasbourg Pour exiger l’abrogation du concordat L’extension de la loi de 1905 à tout le territoire de la République.

Des prises de parole auront lieu sous la présidence de Marc BLONDEL, président de la Fédération Nationale de La Libre Pensée

Pour tout contact : Libre pensée du Bas-Rhin – mail : lp67@laposte.net - Tél : 07 62 12 25 28 Libre Pensée de Moselle - mail : lp57@wanadoo.fr - Tél : 06 03 93 31 02 Communiqué des fédérations de la Libre Pensée de Meurthe et Moselle, de Moselle et du Bas-Rhin

Statut des cultes d’Alsace Moselle : « Suite à la décision du Conseil Constitutionnel du 21 février… »

Le 21 février 2013, le Conseil Constitutionnel se réunissait avec un seul point à son ordre du jour. Au terme de cette réunion, les neuf personnes siégeant à cette séance ont rendu leur décision : « L’article VII des articles organiques des cultes protestants de la loi du 18 germinal an X relative à l’organisation des cultes est conforme à la Constitution. »

Ainsi le versement des salaires aux pasteurs est rendu conforme à la constitution. Avec cette décision, tout l’arsenal clérical alsacien mosellan se trouve consolidé par les institutions de la Vème république : le salariat des prêtres, des rabbins, des pasteurs ; mais aussi des évêques alsaciens mosellans (avec 4500 euros /mois), rappelons que l’évêque ne paye pas de loyer, pas de cotisations vieillesse et pratiquement pas de cotisations sociales… chacun d’entre eux peut disposer de 20 collaborateurs payés par l’Etat, d’un chauffeur… … tout ceci est fondu dans le métal constitutionnel pour n’en faire qu’un seul bloc.

Ces dispositions sont contraires à la loi en vigueur dans les autres départements de la République où s’applique la loi du 9 décembre 1905 qui stipule notamment dans son premier titre : "Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. Article 2 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes."

Il est particulièrement significatif qu’à l’heure où l’Union Européenne et les gouvernements des pays qui la compose s’emploient à remettre en cause et battre en brèche les emplois et les droits des salariés du privé, bloquant également les salaires des fonctionnaires, révisant leurs effectifs systématiquement à la baisse, s’attaquent à la sécurité sociale et plus particulièrement au régime local de sécurité sociale d’Alsace Moselle, que les religieux des cultes reconnus tirent les marrons du feu et voient leur situation garantie par la constitution.

Qui pourrait accepter cette situation scandaleuse ?

D’un côté la misère et la précarité pour le peuple travailleur, de l’autre les rentes et les privilèges dignes du moyen âge pour les cultes et leurs représentants.

La Libre Pensée n’accepte pas. Le respect de la laïcité, c’est la neutralité de l’Etat. C’est la suppression du budget des cultes

C’est pourquoi nous vous invitons à un

Rassemblement organisé par les Fédérations de l’est et la Fédération Nationale de la Libre Pensée

Contre tous les concordats, pour la défense de la loi de 1905, contre le statut scolaire d’exception et pour la défense de la République  


Message aux amis libres penseurs, dimanche 5 mai : la délégation de l’Oise est bien revenue de Strasbourg après un voyage de dix heures dans la bonne humeur en dépit de la fatigue. Elle a rapporté quelques documents photographiques de cet important rassemblement où, fait remarquable, la météo a suivi les efforts des libres penseurs en passant d’un ciel couvert et menaçant, à un soleil radieux.


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois