La résistance d’élus et de la population de l’Ouest roannais à l’intégration dans « Grand Roanne Agglomération »

Communiqué
dimanche 10 février 2013
par  lpLoire
popularité : 1%

La Fédération de la Libre Pensée de la Loire constate l’ampleur de la résistance d’élus et de la population des cantons et communautés de communes de l’Ouest roannais à l’intégration dans ce qui est appelé par ses promoteurs le « Grand Roanne Agglomération ».Profondément attachée aux acquis de la Révolution française, la Libre Pensée soutient cette résistance et en salue la détermination.

La Libre Pensée ne saurait oublier que ce fut par un décret du 14 décembre 1789 que l’Assemblée Constituante instaura les communes dont les officiers municipaux et le maire furent élus et qu’elle créa les départements les 15 janvier et 16 février 1790. La Libre Pensée ne saurait oublier non plus le décret du 10 brumaire An II (31 octobre 1793) par lequel la Première République, incarnée par la Convention montagnarde, opéra la synthèse entre l’affirmation de l’Etat et la nécessaire liberté locale, en précisant : « Les corps municipaux auront deux espèces de fonctions à remplir, les unes propres au pouvoir municipal, les autres propres à l’administration générale de l’Etat ».

La Libre Pensée, depuis très longtemps active dans le pays, considère les conquêtes de la troisième République comme le socle républicain fondamental, combinant tout à la fois l’affirmation de l’unité et de l’indivisibilité de la République comme condition de l’extension des droits des citoyens, la promotion de la démocratie locale et l’instauration d’une laïcité accomplie. Sans vouloir tout citer de cet écheveau serré de réalisations démocratiques majeures, la Libre Pensée retiendra l’école laïque et gratuite, et l’obligation scolaire, comme conquête emblématique d’une République authentique.

Pour cette dernière, l’instruction publique est à la fois un instrument de transmission des connaissances à la jeunesse et de formation de citoyens libres relevant de la responsabilité de l’Etat garant de l’égalité des droits, ainsi qu’un marqueur indélébile de la vie des communes qui pourvoient au fonctionnement des écoles primaires où, symbole éloquent de l’époque et qui perdure, se déroulent les élections au suffrage universel. Aujourd’hui, en conséquence de la loi antirépublicaine (loi Debré) les communes ont en charge l’enseignement confessionnel primaire sous contrat, ce qui, pour la Libre Pensée, constitue une situation totalement anormale. Au même titre est anormal pour la Libre Pensée le subventionnement par l’argent public des collèges privés par les départements et celui des lycées privés par les régions.

La Fédération de la Libre Pensée de la Loire, partisane d’une totale « liberté de conscience », l’un des fondements de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, n’entend bien évidemment pas faire de ses positions un quelconque préalable au plein soutien des élus et de la population qui résistent à la loi de 2010. Force lui est de constater que cette loi va considérablement aggraver les inégalités qui se sont déjà installées entre les départements sur la base des lois de décentralisation, lesquelles se sont traduites par un désengagement en particulier financier de l’Etat. Ce dernier ne compense pas le manque à gagner des départements et des communes de plus en plus asphyxiés. La dislocation administrative de la République induite par la loi de 2010 menace de faire exploser communes et départements, ce que la Libre Pensée ne saurait admettre.

La Libre Pensée considère que cette loi de 2010 qui organise l’éclatement de la République est une loi d’une portée anti-républicaine gravissime et pour sa part, elle mettra tout en œuvre pour qu’elle soit abrogée.

Le bureau fédéral de la Libre Pensée de la Loire réuni le jeudi 10 janvier 2013.


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois